×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Les Sarran : le succès de mère en fils

Restauration - mercredi 18 mai 2011 14:36
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Toulouse (31) Les 80 ans de Pierrette, les 50 ans de Michel et les 15 ans du restaurant : c’était la fête chez les Sarran.



'Je suis fière qu’il soit resté simple”, lance simplement Pierrette Sarran au sujet de son fils.
'Je suis fière qu’il soit resté simple”, lance simplement Pierrette Sarran au sujet de son fils.

Sans ma mère, je ne serais pas cuisinier. J’ai commencé chez elle. Elle m’a transmis sa spontanéité”, a affirmé Michel Sarran, entouré de 300 personnes, amis, clients et famille confondus.

Pierrette Sarran est une cuisinière atypique. Femme d’agriculteur, elle a débuté à 50 ans, en 1981, avec une table d’hôte qu’elle a transformée en restaurant, sept ans plus tard, quand André Daguin lui a dit à la fin d’un repas : “Pierrette, vous devriez franchir le pas.”

Elle reconnaît qu’elle a “un culot monstre”. En 1990, elle se rend au Juana où officiait un jeune cuisinier en devenir… Alain Ducasse. “Je ne le connaissais pas, j’ai réussi à lui parler et il a engagé Michel”, dit-elle, le regard malicieux.

“Habité par la passion”

Michel Sarran a alors 20 ans. Il a abandonné ses études de médecine et aide sa mère le week-end. Un premier essai à Paris, à La Main à la pâte, ne lui a pas donné le feu sacré. Le Juana change sa vie. “C’était l’enfer. Je pleurais après chaque service. Mais, pour la première fois, j’ai vu que la cuisine pouvait être un moyen d’expression”, souligne-t-il. Deux ans auprès de Michel Guérard renforcent ce sentiment. “J’étais désormais habité par la passion.”

Il enchaîne par La Côte Saint-Jacques, La Pinède à Saint-Tropez, le Mas du langoustier à Porquerolles où il obtient sa première étoile Michelin, avant d’ouvrir son restaurant, aujourd’hui doublement étoilé.

“Je savais que Michel serait sérieux, perfectionniste. J’ignorais qu’il deviendrait un grand chef et je suis fière qu’il soit resté simple”, dit Pierrette. Michel Guérard, Alain Ducasse, Michel et Jean-Michel Lorrain ont adressé leurs témoignages pour ce triple anniversaire, saluant à la fois Michel et ... Pierrette, qui les a séduits par sa personnalité.

Bernard Degioanni

Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services