Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Lucie Joudiou, Cuillère d’or 2011

Restauration - jeudi 24 mars 2011 12:15
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Val d'Isère (73) A 21 ans tout juste, Lucie Joudiou se hisse sur la 1ère place du podium de la Cuillère d’Or 2011, 2e édition de ce concours de cuisine 100 % féminin présidée cette année par Reine Sammut, chef étoilé de La Fenière à Lourmarin.



Appliquée, Lucie Joudiou sera restée très discrète dans les cuisines de l’Aigle des neiges qui accueillaient les quatre dernières candidates professionnelles de concours 100 % féminin. Quatre autres s’étaient en effet déjà affairées aux fourneaux la veille sous l’œil expert de cinq chefs jurys (dont un « commissaire », le Gersois Jean-Pierre Biffi), le concours pro de la Cuillère d’Or accueillant cette année encore huit professionnelles présélectionnées sur dossier (sur un total de 56). «A mi parcours, elle semblait douter de sa capacité à être prête dans les temps, et quand elle l’a lancé, avec cinq minutes d’avance, elle nous a tous surpris par ce qu’elle avait préparé. On ne s’attendait pas à un tel plat», sourit le double étoilé Laurent Petit (Le Clos des Sens, Annecy), l’un des cinq jurys en cuisine. La jeune femme, apprentie chez Laurent à Paris (Alain Pegouret), s’est d’ailleurs nettement détaché des autres candidates professionnelles avec ses Aiguillettes pochées, friand croustillant, feuille de pomme gaufrette et carottes violettes. Elle devance en effet d’une trentaine de points (sur 230), la seconde, Amélie Young Min Deguine, 40 ans, chef de cuisine remarquée pour son interprétation terre & mer (1). Cook&Com, l’organisateur de cette deuxième édition, avait choisi de mettre La Poularde de Bresse à l’honneur cette année. Chaque candidate disposait de 3h30 pour composer un plat pour huit personnes avec deux garnitures réalisées avec les produits de leur choix. Seule obligation, ces produits devaient être issus d’une agriculture ou d’une pêche respectueuse de l’environnement et du commerce équitable, le développement durable étant cette année encore le thème central du concours.

Un grand respect des produits

« Marie, vous avez initié une idée qui va faire son chemin. La démarche a déjà pris tout son sens pendant ce concours. Les candidates nous ont présenté des paniers très respectueux des produits. Mais le développement durable en cuisine, c’est aussi savoir économiser l’énergie, effectuer du tri sélectif, innover en utilisant les restes… » lançait d’ailleurs Régis Marcon, président du jury de cette 2e Cuillère d’Or, à la directrice de ce concours, Marie Sauce (agence Cook&Com) quelques minutes avant l’annonce des résultats. Tous ces gestes ont d’ailleurs été pris en compte dans la notation des candidats. Laurent Desvard, responsable pédagogique de l’écoleTechomah s’en félicite : « Pour Lucie, élève apprentie en 2e année BP chez nous, cela est une évidence. Car notre école a fait du développement durable son cheval de bataille ». Renommée pour son engagement d’une cuisine saine et biologique, la marraine du concours, Laurence Salomon ne pouvait effectivement qu’applaudir. «Un grand pas a déjà été franchi, mais je vous encourage à aller encore plus loin et exploiter encore plus l’épicerie bio ou encore préserver les produits dans la cuisson. J’aurais aimé plus de cru dans vos plats. Cela participe au plaisir et apporte d’avantage de naturalité » lançait la chef du restaurant annecien Nature & Saveurs. Quelque 43 grands chefs et personnalités de la cuisine avaient répondu à l’appel de Philippe Gardette, responsable de ce concours organisé comme l’an dernier à Val d’Isère. Pas un mot encore sur l’édition 2012 qui se prépare. «Mais la cuisine 100 % femme a toute sa place dans les grands concours culinaires. Et nous y travaillons déjà », assure Marie Sauce.

 


(1) Suprême de volaille de Bresse farcie à la mousseline de Tofu et légumes verts, ravioles (Terre & Mer) bouquet de légumes printanier, quinoa et polenta craquant & sauce à la crème d’ail et foie gras.
Nathalie Ruffier

Classement Cuillère d’Or 2011
Catégorie «professionnelles »
1e : Lucie Joudiou, apprentie BP (Ecole Tecomah) Chez Laurent à Paris
2e : Amélie Young Min Deguine,  atelier culinaire Umami (en cours de création), Paris
3e : Myriam Coz, Chef de partie, Domaine de Divonne (01)

Catégorie amateurs :
1e : Sandrine Baumann Hautin, fonctionnaire (Beauvais 60)
2e : Laurence Belle Sapet, assistante de direction, Cuccuron (84)
3e : Tamara Greboval, responsable administrative et financière - Nice (06)


Journal & Magazine
Services