×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

RestOZen a su trouver sa place et sa clientèle

Restauration - mercredi 5 janvier 2011 16:57
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Colombes (92) Ce restaurant a ouvert en 2007 grâce à la ténacité de Subhath Thudawe, ancien plongeur qui a gravi tous les échelons en cuisine.




C’est en 2007 à Colombes, qu’a commencé pour Subhath Thudawe l’aventure de RestOzen. D’origine Sri Lankaise, il commence sa carrière en restauration comme plongeur, à l’âge de 21 ans, avant de devenir commis, cuisinier, puis chef au restaurant L’Horizon, rue de Rennes à Paris. “Licencié pour motifs économiques en 1997, j’ai alors décidé d’ouvrir mon restaurant”. Il travaille dans ce sens pendant dix ans avant d’inaugurer RestOzen. “Le plus dur a été la fin de l’année 2008 et l’année 2009, comme pour beaucoup de confrères.”

Pour parer à toute éventualité, Subhath Thudawe supervise tout lui-même, de l’épluchage des légumes à la comptabilité, en passant par l’achat des denrées : “En matière de fournisseurs, je travaille avec les commerçants de la ville. Pour les viandes, nous nous adressons à un boucher proche, ce qui a permis de réduire les coûts de près de 20 %. Un autre moyen de faire des économies est de travailler en famille, mon épouse s’occupe de la salle, et j’ai juste une aide en cuisine.”

Grâce à ce fonctionnement, Subhath Thudawe peut proposer à ses clients un menu comprenant entrée, plat, dessert pour 13 € 50 le midi, un menu qui varie quotidiennement. Le couple, qui enregistre une moyenne de 35 couverts par jour, ouvre également le week-end. “La clientèle de bureaux est remplacée le samedi et le dimanche par une clientèle de voisinage. C’est stimulant car les attentes ne sont les mêmes. Les clients sont alors plus détendus car ils disposent de davantage de temps pour manger à leur convenance”, précise Géraldine Thudawe, l’épouse du gérant.

Satisfait de l’année 2010, le couple espère que la croissance engagée depuis le mois de septembre se poursuivra en 2011.

A. J. A.

Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Stratégie de marque : les outils pour développer votre hôtel
par Youri Sawerschel
Services