×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le guide ‘Michelin Great Britain & Ireland’ fête son centième anniversaire

Restauration - mardi 18 janvier 2011 16:24
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Londres (GRANDE-BRETAGNE) Une célébration marquée par deux nouveaux 2 étoiles à Londres qui récompense le travail du chef britannique Nathan Outlaw, au Rock et de la Française Hélène Darroze, déjà étoilée à Paris, pour le restaurant du Connaught.




Après la France, le guide Michelin Grande-Bretagne célèbre son centième anniversaire. L’édition 2011 est accompagnée d’un livret retraçant l’histoire du guide. Numéro collector en perspective. Il faut préciser que cet anniversaire est symbolique puisque la publication du guide fut interrompue deux fois depuis 1911. La première guerre mondiale a entraîné la suspension de la parution, qui n’a repris qu’en 1922 pour s’arrêter à nouveau en 1930. Il faut attendre 1974 pour voir réapparaître le guide Great Britain & Ireland. Derek Bulmer, patron du guide depuis de nombreuses années et tout juste à la retraite, évoque sans retenue les difficultés rencontrées dans les années 1970 pour trouver des restaurants dignes d’être sélectionnés dans le guide : “On trouvait plus facilement des endroits où la carte ne changeait jamais et où les produits sortaient du congélateur. Le niveau de la cuisine anglaise était vraiment très bas. Il a fallu attendre quelques années pour voir l’avènement de la cuisine moderne britannique, mâtinée d’inspiration européenne et qui utilise des produits de très grande qualité, bien de chez nous”, dit Derek Bulmer qui ajoute “Joël Robuchon a déclaré que Londres est devenue la capitale gastronomique du monde. C’est sûrement pour cela que les grands chefs du monde ont envie de s’installer ici.”

Malgré les sarcasmes récurrents que l’on entend sur la cuisine outre-Manche, les Anglais ont aujourd’hui 4 restaurants 3 étoiles (Gordon Ramsay et Alain Ducasse at the Dorchester à Londres, Waterside Inn et Fat Duck à Bray). Dans le quotidien The Evening Standard, Heston Blumenthal (Fat Duck) expliquait le 17 janvier que si les Français surnommait les Anglais ‘rosbifs’, c’était en hommage à leur cuisine et à leur savoir-faire en matière de cuisson de la viande. Nous aurions envoyé des cuisiniers en Angleterre afin qu’ils se forment à leur technique. Il revendique un patrimoine culinaire riche mais oublié, qu’il entend remettre en lumière. À la fin du mois, il ouvrira une table au Mandarin Oriental Hyde Park à Londres où il re-interprètera des classiques datant des Tudor et des Stuart. Une nouvelle tendance en vue ? Le guide 2012 donnera son verdict.

26 nouveaux Bib gourmand


Pour la nouvelle rédactrice en chef du guide Grande-Bretagne, Rebecca Burr, le grand atout du pays, c’est “la remarquable diversité de ses restaurants, tous les styles de cuisine pour lesquels les clients montrent toujours le même goût”. Chez les étoilés, on trouve aussi bien de la cuisine anglaise que française, italienne, chinoise, japonaise, etc. Une richesse inédite qui explique la déclaration de Joël Robuchon. Et puis, il y a cette spécificité toute britannique qui est mise à l’honneur : le pub. “Le Pony & Trap à Chew Magna, qui vient de recevoir une 1re étoile, prouve que les pubs peuvent également servir une très bonne cuisine.” Elle note aussi un bel effort de la part des professionnels en matière de rapport qualité/prix, ce qui se manifeste par la promotion de 26 nouveaux Bib gourmand.

Sans aucune perfidie, on notera que le centenaire de la création du guide Michelin Great Britain ne voit pas l’apparition d’une nouvelle table à 3 étoiles. Il est marqué par l’attribution de 2 étoiles au Rock et à Helène Darroze at the Connaught. La première est menée par le Britannique Nathan Outlaw, tandis que la 2e est sous la responsabilité d’une jeune femme d’origine landaise et bien française, n’est-ce pas ? La gastronomie française a décidément encore de beaux jours devant elle outre-Manche. Que Londres soit la capitale gastronomique du monde ou pas. En attendant, Michelin vend des guides. En 2010, il s’en est vendu plus de 1,2 million dans le monde, ce que n’a pas manqué de souligner Jean-Luc Naret pour sa dernière apparition en tant que directeur des guides Michelin.

Nadine Lemoine