×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

En 2014, les Français seront moins adeptes de vins, et davantage de spiritueux

Restauration - jeudi 20 janvier 2011 16:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Les résultats de l’étude Vinexpo/The ISWR - le marché du vin et des spiritueux en France et ses perspectives à l’horizon 2014 - ont été dévoilés le 11 janvier dernier. La prochaine édition du Salon Vinexpo se déroulera du 19 au 23 juin à Bordeaux.






Pour la 9e année consécutive, Vinexpo a confié au cabinet The IWSR (The International Wine and Spirit Record) la réalisation d’une étude propsective sur la consommation, la production et l’exportation des vins et spiritueux en France. Côté production, en France, Italie, États-Unis, en Afrique du Sud ou en Allemagne, la récolte 2010 est considérée comme petite en volume, en baisse par rapport à la moyenne quinquennale 2005-2009. Cependant, la France a repris sa position de 1er producteur mondial, perdue en 2009 face à l’Italie. Avec l’Espagne, ces trois pays assurent la moitié de la production mondiale de vin. L’étude Vinexpo/The IWSR prévoit qu’entre 2010 et 2014 la production française de vin (hors vins produits pour distillation) devrait toutefois se réduire.

La consommation totale de vin recule de 2 % par an dans l’Hexagone, et ce depuis les années 1960. Toutefois, depuis 2005, elle n’a diminué que de 1,4 % par an et ne devrait baisser, en moyenne, que de 0,7% par an entre 2010 et 2014 selon l’étude Vinexpo/The IWSR. La France est le 1er pays consommateur de vins rosés au monde, et le 2e de vins effervescents. Entre 2005 et 2009, la consommation de vins rosés a progressé de 19,81 % et de 4,62 % des vins effervescents. Ces deux catégories représentent plus du tiers de la consommation des Français (34,15%).

L’Hexagone est en 2010 le 3e marché mondial pour la consommation de vin à plus de 10 $ la bouteille (7,19 €), derrière les États-Unis et le Royaume-Uni. Ce segment progresse rapidement et devrait, selon les estimations de l’étude Vinexpo/The IWSR, augmenter de 13 % entre 2009 et 2014. 

En valeur comme en volume, entre 2005 et 2009, les exportations ont baissé (respectivement -1,1% et -9,4%). Seule exception : la Chine, 7e pays d’exportation de vin français, où le marché a progressé sur cette période de 134,27 %.

 

Le marché des spiritueux en hausse

En 2010, la consommation de spiritueux est en hausse de 0,35 % par rapport à 2009. Elle avait également augmenté de 3,45% entre 2005 et 2009 et devrait de nouveau croître de 1,72 % entre 2010 et 2014.

La France est aujourd’hui le 1er pays consommateur mondial de whisky écossais. Sa consommation a augmenté de 18,67% entre 2005 et 2009. L’étude Vinexpo/The IWSR prévoit une nouvelle hausse de 6,53 % entre 2010 et 2014,

La consommation de vodka a augmenté de 64,82% en cinq ans, notamment en raison du récent engouement pour les mélanges avec des boissons énergisantes. A l’horizon 2014, la consommation de vodka devrait de nouveau connaître une forte progression (+ 18,63 %). De même le rhum, souvent présent dans les cocktails, poursuit une croissance régulière auprès des consommateurs français : + 16,65% entre 2005 et 2009, et + 5,88% prévus entre 2010 et 2014.

Hélène Binet