×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Au bonheur de ‘Monsieur Paul’

Restauration - mercredi 26 janvier 2011 17:17
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Pour retrouver Anne-Sophie Pic en vidéo : cliquez ici

Pour le tout petit monde de la haute gastronomie, c’était, mardi dernier, “the place to be”.

Dans les salons de réceptions - somptueux - de l’hôtel de ville de Lyon, Olivier Ginon, p.-d.g. de GL Events, et Marie-Odile Fondeur, directrice du Sirha, recevaient une liste d’invités triés sur le volet qui accompagnaient la centaine de chefs étoilés venus rendre hommage à Paul Bocuse à l’occasion des 85 ans du maître de Collonges.

Et pour cette célébration, six femmes parmi les plus titrées de la gastronomie mondiale avaient accepté de préparer le dîner en l’honneur d’un homme qui n’a jamais caché son admiration pour l’autre moitié de l’humanité.

Ce fut à la fois une belle fête, un grand moment d’émotion, une célébration solennelle et une ode à la cuisine offerts aux convives tous admiratifs de l’œuvre accomplie par Paul Bocuse à qui chacun doit tant.

De Léa Linster, seule cuisinière couronnée du Bocuse d’or, à Anne-Sophie Pic, unique française triplement étoilée par Michelin, en passant par les vedettes italiennes, Annie Féolde, Nadia  Santini et Luisa Vallaza sans oublier leur homologue espagnole Carme Ruscalleda - toutes ces dames également détentrices des fameuses 3 étoiles dans le guide rouge de leur pays -, la partition du 25 janvier fut à la fois inspirée et parfaitement exécutée.

Comme le soulignait un convive admiratif : “On se serait cru chez Bocuse !” Y compris au moment du digestif, un cognac de …1926, l’année de naissance du futur ‘plus grand cuisinier du monde’.