Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Adieu au Belvédère, vive le Renaissance

Restauration - mercredi 9 juin 2010 09:56
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Limoges (87) Michel Sagne rend les clés de l’établissement familial. Deux jeunes professionnels dynamiques prennent la relève.



“Nous repartons sur des bases nouvelles et solides”, affirme Sylvain Chalard devant le Renaissance.
“Nous repartons sur des bases nouvelles et solides”, affirme Sylvain Chalard devant le Renaissance.

Le Belvédère à Limoges a fermé ses portes en fin d’année 2009, mettant un point final à une saga de quarante ans, vécue de père en fils par la famille Sagne. Reconnu pour la qualité de sa table et le confort de ses chambres, l’établissement aura marqué l’histoire hôtelière limougeaude, notamment durant la décennie couverte par Michel, cuisinier de talent et figure locale emblématique de la profession.

La page s’est tournée avec le rachat des murs en janvier dernier par Clément Crouvidoux, 28 ans, et Sylvain Chalard (31 ans), deux jeunes anciens du Pont Saint-Martial, adresse prisée par les gourmets limousins. Avec plus de 600 000 € d’investissements - dont 100 000 pour les travaux -, les nouveaux propriétaires ont relooké la partie restauration, la façade, construit une terrasse de 30 places et baptisé le lieu du nom prédestiné de Renaissance.“Nous repartons sur des bases nouvelles et solides : un montage financier, une SARL, une identité, une rénovation, confie Sylvain Chaland. Mais nous perdurons dans l’excellence de la cuisine et la qualité des produits.”

590 000 € de chiffre d’affaires

Au menu, des viandes limousines, du foie gras, des volailles et des recettes construites avec le partenariat de producteurs triés sur le volet. Après une fermeture de quelques mois, le Renaissance semble accrocher une clientèle d’habitués. Dans les cartons, la rénovation des 22 chambres, déjà modernisées avec des télé écrans plats et l’accès wifi. Objectif affiché : atteindre fin 2010 590 000 € de CA, avec l’aide de 4 puis 6 salariés (hors les deux gérants). Avec deux salles, une stratégie d’ouverture en direction des banquets et des séminaires, un taux de remplissage sur les six premiers mois de 40 % en hébergement, et des repas au ticket moyen de 20 à 35 €, ce but est en passe d’être atteints.
“Nous avons la chance de voir s’ouvrir devant chez nous ou presque la nouvelle clinique Chénieux avec son personnel et ses patients, souligne le manager. Nous avons aux fourneaux un chef inventif et rigoureux, un personnel compétent, un emplacement idéal, et tous les atouts de la réussite. D’une Renaissance en quelque sorte.”
Jean-Pierre Gourvest

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services
  Articles les plus lus