×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Luigi Savarino et Sylvie Rousselle en Duo

Restauration - mercredi 1 juillet 2009 13:58
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Phnom Penh (CAMBODGE) La pizzeria la plus courue de la capitale cambodgienne est née d’un travail en binôme, après des débuts difficiles.



Sylvie Rousselle et  Luigi Savarino.
Sylvie Rousselle et Luigi Savarino.

Côté gestion, Sylvie Rousselle, une Grenobloise de 40 ans, complète le savoir-faire en cuisine de Luigi Savarino, un Sicilien naturalisé français. Tout a mal commencé pourtant, il y a cinq ans, quand le couple débarque de Thaïlande pour tenter sa chance à Phnom Penh. Un soir, les 6 employés n’avaient pas réussi à servir à temps les 50 convives, et “tout le monde râlait”, se souvient Sylvie Rousselle. Résultat : dès le lendemain, il a fallu doubler le personnel pour pouvoir tenir les délais. Aujourd’hui, tout est rodé. Le nombre de places est passé à 100 (bientôt 130) et celui des employés, à une trentaine. Parmi eux figurent de nombreux jeunes tirés de la rue, à l’instar du pizzaïolo, rémunéré aujourd’hui 300 $ (213,30 €) par mois, qui a pu ainsi acquérir toutes les techniques siciliennes.
Au Duo, tout est importé, du vin au fromage en passant par la charcuterie. Une épicerie fine attenante propose d’ailleurs ces délices, de même que des produits maison, comme les pâtes, le jambon ou les pâtisseries. Un restaurant où aiment venir se mettre à table de nombreux politiques du pays (le prince Norodom Ranariddh, Sam Rainsy, etc.).
Guillaume Clément

Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services