Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Interdiction de fumer : le Cafe 203, un an après

Restauration - vendredi 30 janvier 2009 11:23
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lyon (69) Christophe Cedat, propriétaire du Café 203 dans le Ier arrondissement, est entré en résistance contre la loi antitabac en janvier 2008. Entre performance artistique, réflexion sociopolitique et provocation, cet ancien fumeur poursuit son combat.



Lutte, combat, résistance ne sont pas des termes anodins. Tous s’apparentent à l’idée de guerre. Si Christophe Cedat les consomme avec modération, il n’en assume pas moins la portée et l’utilisation tendancieuse. “Il y a une grande différence entre mon combat et d’autres, dit-il. Un combat n’est pas figé.” En effet, la démarche de Christophe est tout sauf ça. L’esprit en fusion, s’appropriant cette phrase de Victor HugoDésobéir c’est chercher”, sans cesse en quête de moyens d’expression contre ce qu’il considère être “un fascisme rampant, le plus dangereux, qui ne demande qu’à se répandre”, comme une fumée, il est toujours là. Malgré les tentatives de déstabilisation, les huit procès-verbaux (de 68 et 135 €, 90 e€ en juillet 2008 pour non-affichage du panonceau ‘Interdiction de fumer’) dressés contre ses clients ou son établissement et un délibéré prévu le 22 février prochain pour une révision à la hausse (250 €) d’une amende. La grève de la loiEn janvier 2008, fin de la dérogation d’un an octroyée aux bars et restaurants, leurs tenanciers ne disposent plus de “recours légal pour contrer la loi dans un délai de trois mois puisque, en réalité, la loi était entrée en vigueur en janvier 2007. Christophe n’a donc fait qu’entamer “une grève de la loi avec des gens volontaires pour reconstruire les trois mois volés”. Et les trois mois se sont transformés en douze…

Pour un partage d’atmosphère
Rappelons qu’il fut le premier à ouvrir, en 2000, un bar non-fumeurs. Huit ans plus tard, lors de la journée mondiale contre la tabagie, le 31 mai 2008, il organise “une journée locale pour la tabagie de 10h à 2h du matin”. Il installe ensuite, dans l’espace non-fumeurs, une ‘table à mégots’, autrement dit un reliquaire. Éprouverait-il quelque plaisir à prendre systématiquement le contre-pied de ladite norme ? Défenseur du ‘partage d’atmosphère’, il a créé fin juin une ‘extension fumeurs’ du Café 203 à la place d’une petite épicerie dont il était propriétaire. Sauf par grand froid, l’extension, située en angle de rue, reste ouverte des deux côtés avec un système de chauffage au gaz… qui, lui aussi, risque d’être prochainement remis en question. Par respect pour l’environnement et pour neutraliser la loi sanctionnant les fumeurs qui jettent leurs mégots dehors, Christophe Cedat s’équipe d’une balayeuse de rue. Le provocateur sait aussi être citoyen.

Sonia Delzongle

Journal & Magazine
N° 3806 -
01 septembre 2023
N° 3807 -
15 septembre 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
par Pascale Carbillet
Services