Actualités
Accueil > Actualités > Restauration Snacking

Le hot-dog 100 % alsacien

Restauration Snacking - mardi 27 janvier 2015 17:12
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Strasbourg (67) Avec Hot Dog City, nouvelle adresse strasbourgeoise pour amateurs de street food, Vincent Leopold revisite l'incontournable sandwich américain.



Hot Dog City dispose de vingt places assises.
© DR
Hot Dog City dispose de vingt places assises.

Vincent Leopold ne fait rien comme les autres. Alors que les restaurants de burgers se multiplient, le dynamique quinquagénaire a choisi, lui, de revisiter un autre sandwich made in USA : le hot-dog. Il vient d'ouvrir, dans l'un des quartiers étudiants de Strasbourg, Hot Dog City.

"Le hot-dog, c'est un sandwich que je mange à chaque fois avec plaisir aux États-Unis. En France, il n'a pas forcément bonne réputation : il est souvent associé aux fêtes foraines ou aux matchs de foot... J'avais envie de changer cette image et de proposer un produit qualitatif", souligne Vincent Leopold. Pour y parvenir, l'ancien directeur régional pour un fabricant européen de matériel de cuisine, s'est appuyé sur le savoir-faire des artisans alsaciens.

Le pain brioché du sandwich provient ainsi de la boulangerie strasbourgeoise Au pain de mon grand-père, les saucisses - l'originale au boeuf ou la véritable knack alsacienne - du boucher charcutier Herrmann à Reichstett. Les quatre recettes proposées (à partir de 3,50 €) ont, elles, été élaborées par le restaurateur Cédric Moulot (qui a notamment créé la franchise de burger 231 East Street).

Côté décor, Vincent Leopold n'a pas souhaité reconstituer un "énième diner". L'ambiance est résolument urbaine avec des pavés en trompe l'oeil, un passage piéton et un graffiti signé Stom500. Dans les semaines à venir, des triporteurs se baladeront dans les rues de Strasbourg pour vendre les hot-dogs aux passants.

Sonia de Araujo

Le conseil du jour

"Si le prix du sandwich doit rester attractif, il ne faut pas lésiner sur la qualité. Les amateurs de street food sont en demande de bons produits. Ils savent faire la différence entre une bonne et une mauvaise saucisse, un pain artisanal ou industriel."

Journal & Magazine
Services