×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration Snacking

Peco Peco explore la cuisine de rue nippone

Restauration Snacking - lundi 24 mars 2014 09:31
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Paris (IXe) Cette nouvelle enseigne parisienne fait découvrir quelques recettes incontournables du snacking japonais.



Peco Peco propose des recettes japonaises méconnues à Paris. Ici, des kushiage (brochettes panées).
© DR
Peco Peco propose des recettes japonaises méconnues à Paris. Ici, des kushiage (brochettes panées).

Encore un restaurant japonais ? Loin des yakitoris (brochettes) et autres sushis, Peco Peco concocte, en plein Pigalle (Pairs, IXe), quelques plats nippons méconnus du public parisien. À midi, le donburi (un plat extrêmement populaire au Japon) est préparé à la minute. Sur un grand bol de riz, le chef dispose toutes sortes de garnitures : poulet frit, cabillaud sauce tartare, végétarien... Les katsusandwiches (baguette, porc pané, chou rouge et sauce barbecue maison), proposés à 6 €, remportent également un franc succès.

Le soir venu, les deux associés - Benjamin Perrier et le chef Kenji Horii (un ancien pâtissier du Fogon d'Alberto Herraiz et de la Kitchen Galerie de William Ledeuil) -, mettent à l'honneur les kushiage. Ces brochettes panées, vendues à l'unité, se déclinent en version racine de cerfeuil ou de lotus, shiitake, chou-fleur-parmesan, maquereau fumé, poulet wasabi, asperge-bacon, cabillaud shiso, chèvre-miel… Comptez 1,50 € pour celles aux légumes et 2,50 € pour les autres. Elles peuvent être accompagnées d'un verre de vin, de bière japonaise ou de shochu, et de quelques autres tapas affichés sur l'ardoise : edamame (fèves de soja encore vertes), gioza (raviolis japonais), yaki onigiri (boulettes de riz grillées)… Sans oublier les desserts maison, comme le tiramisu au thé matcha, la panna cotta au sésame et coulis de framboise, ou encore l'azuki (haricot rouge sucré) et sa glace au thé vert. Le ticket moyen, quant à lui, atteint les 15 €, hors boisson.

Dans cette cantine de poche à la décoration brute, la clientèle est au rendez-vous depuis l'ouverture, en décembre dernier. "Ça a très vite pris, sans doute parce que l'on propose une véritable expérience. Les clients découvrent des plats qui leur sont inconnus. Le lieu étant petit - nous avons 29 places au total -, ils partagent leurs impressions aux tables d'hôte ou au comptoir. C'est extrêmement dépaysant et convivial", explique Benjamin Perrier. Un concept qui, à l'avenir, pourrait bien être dupliqué dans d'autres quartiers de Paris.

V.B