×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration Snacking

Une crêperie à Buenos Aires

Restauration Snacking - mercredi 30 novembre 2011 16:56
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Buenos Aires (ARGENTINE) Ludovic Casrouge, formé à l'école des crêpiers de Pont-l'Abbé, a imaginé une crêperie atypique, adaptée au climat et aux goûts locaux.



Ludovic Casrouge et sa compagne, Maria-Jose Leavy.
Ludovic Casrouge et sa compagne, Maria-Jose Leavy.

Ouvrir une crêperie à l'étranger ? Cela manque d'originalité. Sauf lorsque Ludovic Casrouge se met au bilig. "Un, Dos, Crêpes… est né de la rencontre d'une Argentine et d'un Français sur une plage caribéenne de Colombie", lance-t-il en riant. Formé à l'école des crêpiers de Pont-l'Abbé, il a su éviter l'écueil de l'établissement traditionnel ou le stand qui vend quelques classiques dans la rue. Installée depuis la fin du mois d'août dans le quartier d'affaires de Buenos Aires, l'enseigne aux couleurs vives et au décor moderne ne compte que deux comptoirs, à la façon d'un bar, et mise sur la vente à emporter. "Nous nous adressons à une clientèle de bureau en recherche de possibilités de déjeuner rapidement, de façon originale, et à un prix abordable", précise-t-il.

Avant d'élaborer sa carte, le Français a observé avec attention la demande locale. "Le Porteño [habitant de Buenos Aires, NDLR] ne possède pas une culture culinaire très développée, il ne connaît pas les crêpes, mais s'intéresse aux tendances extérieures, ce qui nous offre toute la latitude pour proposer une offre originale. De plus, l'offre de produits gastronomiques étant plus restreinte qu'en France et l'importation étant quasiment prohibée, nous avons dû faire appel à notre créativité pour concevoir une carte bien différente de la crêperie traditionnelle. Enfin, il a fallu adapter notre offre au climat local beaucoup plus chaud qu'en métropole", explique-t-il.

Choricrêpe et wraps

Résultat : sur l'ardoise, l'incontournable complète côtoie des créations plus méditerranéennes (comme la crêpe à la ratatouille, ou un mélange aubergines poêlées, mozzarella et tomates fraîches), des galettes de la mer (l'antiboise au thon et tomates à la provençale, ou celle au saumon fumé, crème fraîche, ciboulette et citron), des végétariennes, l'Indian crêpe (poulet au curry maison), la Choricrêpe ("dérivé argentin de notre galette saucisse"), des wraps (galettes roulées accompagnées de guacamole, roquette, etc.)…  "Du coté des crêpes sucrées, il était incontournable de proposer une crêpe au dulce de leche, que nous accompagnons d'une mousse de banane. Les Argentins étant des inconditionnels des glaces, nous avons par exemple une crêpe au chocolat chaud et boule de menthe, une autre aux pommes chaudes accompagnée d'une glace vanille", ajoute-t-il. À défaut de cidre, Ludovic Casrouge a également imaginé toute une gamme de cocktails de fruits frais, qui explique la hausse du ticket moyen à 4 €.

En attendant de dupliquer ce concept sous forme de chaîne, le Français se dédie au catering le week-end venu, en proposant une offre de crêpes exclusive et plus haut de gamme pour des événements privés.

Violaine Brissart

Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit et réglementation en CHR
par Pascale Carbillet
Services