Actualités
Accueil > Actualités > Restauration Snacking

Quick teste un bâtiment totalement écolo

Restauration Snacking - mercredi 29 avril 2009 12:15
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Dammarie-les-Lys (77) Toiture végétale, ossature bois, récupération des eaux de pluies, peinture contenant peu de solvants… L’enseigne s’est donné pour objectif d’aller le plus loin possible dans les performances environnementales pour ce restaurant expérimental.



C’est une première sur bien des plans. La nouvelle ‘box’ de Quick, inaugurée dans une zone de bureaux et de loisirs en cours d’aménagement à Dammarie-lès-Lys (77), teste une série d’innovations en matière environnementale. “Nous avons voulu aller le plus loin possible dans l’application des normes HQE (haute qualité environnementale), un référentiel complet qui ne se limite pas aux seules économies d’énergie, mais prend en compte tous les impacts d’une construction sur son environnement”, explique Audrey Limozin, ingénieur, spécialiste de ces questions et chef de projet chez Quick. Ainsi, en préalable, les concepteurs ont pris soin de vérifier si le bâtiment menaçait une espèce animale ou végétale protégée. Ce qui était le cas pour deux séquoias pleureurs, une espèce rare, qu’il a fallu préserver en établissant un périmètre suffisant autour d’eux.

 

Matériaux et techniques de pointe

Mais c’est bien sur le choix des matériaux et les aménagements du bâtiment que les innovations sont les plus intéressantes. Première option : une ossature tout en bois, murs et charpente. Pas faite de n’importe quel bois, mais d’un bois “certifié issu de forêts gérés durablement”. Pour en augmenter l’efficacité thermique, cette ossature est isolée avec de la fibre de bois. Chose rare, le restaurant est doté d’un toit végétal. Il est fait d’un substrat de terre sur lequel poussent des plantes spécialement sélectionnées. Les avantages de ces choix : l’emploi de matériaux naturels renouvelables, leur durabilité et surtout leur efficacité thermique. En complément, une pompe à chaleur trône sur le toit, permettant d’assurer à moindre coût chauffage et climatisation, hiver comme été. Par ailleurs, deux panneaux solaires fournissent l’énergie nécessaire pour la production d’eau chaude.

 

20 % d’économies en eau et électricité

Les eaux de pluie sont récupérées. Les architectes ont même imaginé un système qui permette de capter les eaux de ruissellement du parking et ont installé un bassin où l’eau est purifiée grâce à des plantes aquatiques avant d’alimenter un réservoir souterrain. En respect de la réglementation, cette eau ne peut toutefois qu’être utilisée à l’extérieur du bâtiment.

Chaque intervention sur le bâtiment a été examinée de près. Outre l’utilisation du bois, pour le mobilier également, on utilise, ici, une peinture labellisée NF environnement, contenant peu de solvants.

Côté cuisine comme côté emballages, Quick tente de renforcer des solutions déjà mises en place ces dernières années. Ainsi, les équipements ne sont allumés qu’à mesure des besoins et les équipes constamment sensibilisées. Quant aux emballages, ils ne sont plus en polystyrène mais en ‘nano cannelures’, du carton 100 % recyclable.

“Pour l’élimination des déchets, nous dépendons encore de l’existence ou non d’une filière locale. Nous passons toutefois des accords avec nos fournisseurs pour la reprise des emballages”, observe Audrey Limozin. “Au bilan, je crois que nous avons fait, dans ce bâtiment, tout ce qui est possible de faire en tenant compte des contraintes de gestion et d’entretien d’un restaurant. L’un des objectifs est de réaliser une économie globale d’électricité et d’eau de 20 %. Le surcoût de dépenses est d’environ 20 %. Le gain est aussi esthétique avec un côté très naturel et une présence très forte de la verdure.”

Quick a d’ores et déjà programmé pour cette année la construction de trois autres restaurants de ce type en bois. Deux autres Quick, dans le Sud de la France, vont, eux, être équipés de panneaux solaires.

Patrice Fleurent

Journal & Magazine
N° 3806 -
01 septembre 2023
N° 3807 -
15 septembre 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services