×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Produits et boissons

Vigne : la récolte 2021 largement compromise par les caprices de la météo

Produits et boissons - mercredi 11 août 2021 12:34
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Plusieurs nuits de gel au mois d'avril et les pluies persistantes de cet été ont fait durement chuter la production viticole.



L'été particulièrement pluvieux a favorisé dans de nombreux vignobles l'apparition fulgurante du mildiou.
© GettyImages
L'été particulièrement pluvieux a favorisé dans de nombreux vignobles l'apparition fulgurante du mildiou.

 

Selon le ministère de l’Agriculture, la production de vin en France serait en chute de 30 % en 2021, un niveau historiquement bas. Au 1er août dernier, la production vinicole 2021 est évaluée à entre 32,6 et 35,6 millions d'hectolitres, alors que la production moyenne des cinq dernières années s'est établie à 44,5 millions d'hectolitres, malgré la faible récolte de 2017, année de gel également, où elle avait été de 37,6 millions d'hectolitres

 

  • Pourquoi une telle baisse ?

Cette baisse est liée à des épisodes de gel printaniers, mais également à une météo estivale pluvieuse.

Dans la plupart des régions, les vignerons craignent le gel, qui se produit généralement lors d'un temps clair avec des températures nocturnes comprises entre -3 °C à -5°C. Ils se sont d’ailleurs équipés pour lutter contre ce fléau, grâce à différentes méthodes :

  • recouvrement du sol ;
  • formation de fumée ou de brouillard ;
  • chauffage ;
  • aspersion d’eau à faible débit ;
  • brassage de l’air, y compris avec des hélicoptères.

Malgré ces méthodes de lutte, du 5 au 8 avril dernier, les vignerons ont subi trois nuits de fortes gelées atteignant jusqu’à -7 °C et provoquant de gros dégâts. Dégâts d’autant plus importants que l’exceptionnelle douceur de la fin février avait favorisé le départ de la végétation.

Comme un malheur n’arrive jamais seul, le maigre potentiel de la récolte 2021 est aujourd’hui compromis par un été particulièrement pluvieux qui a favorisé dans de nombreux vignobles l'apparition fulgurante du mildiou. Ce champignon parasite spécifique de la vigne(Plasmopara viticola) peut entraîner d'importantes pertes de récoltes.

Devant la gravité de la situation, les producteurs sont autorisés à dépasser provisoirement la quantité des traitements à base de cuivre pour lutter contre le mildiou de la vigne, selon un arrêté publié au Journal officiel. Cette dérogation est assortie d’une restriction dans le temps.

Avec les pluies persistantes au début du mois d’août, on constate l’apparition de la pourriture grise (botrytis) sur les raisins restants, pourriture qui entraine à nouveau une perte de récolte . 2021 ‘annus horribilis’ pour la viticulture.

 

  • L’adaptation de l’encépagement

Dans tous les laboratoires du monde entier des recherches importantes sont menés pour réintroduire des cépages anciens moins sensibles aux aléas climatiques - y compris ceux qui avaient été bannis en 1935 ! - mais également en créer de nouveaux plus résistants au mildiou et à l’oïdium. C’est le cas avec les premières inscriptions des cépages : vidoc, artaban, floréal et voltis, issus de sélections et de croisements sans mutation génétique.

 

#vins #viticulture 


Paul Brunet
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services