×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Produits et boissons

Les différentes catégories de vin

Produits et boissons - mardi 12 août 2014 14:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Vins d'appellation d'origine protégée, indication géographique protégée, vins de cépage : que signifient ces dénominations ?



Pendant de nombreuses années, chaque pays producteur de vin a eu sa propre législation, plus ou moins stricte. Il existe maintenant une législation communautaire qui s'est fortement inspirée de la législation française (qui a créé les AOC en 1935) et s'applique aux différents pays de l'Union européenne.

Avant que la législation communautaire s'exerce, il existait deux grandes catégories de vin : les vins de qualité produits dans une région déterminée (VQPRD) et les vins de table.

En France, les VQPRD regroupaient les vins à appellation d'origine contrôlée (AOC) et les appellations d'origine vins délimités de qualité supérieure (AOVDQS). Les vins de table étaient divisés en deux catégories : les vins de pays et les vins de table autres que les vins de pays. Depuis la mise en place définitive, le 1er août 2009, de la réforme de l'organisation commune du marché (OCM) du secteur viticole, nos AOC, AOVDQS et vins de pays ont respectivement laissé la place aux trois vocables suivants :

- AOP, appellation d'origine protégée ;
- IGP, indication géographique protégée ;
- VSIG, vins sans indication géographique.

 

AOP (appellation d'origine protégée)

Garantie européenne équivalente de l'AOC. Cette appellation désigne un produit originaire d'une région ou d'un lieu déterminé et dont la qualité ou les caractéristiques découlent de ce milieu géographique. Elle résulte de la combinaison d'une production et un terroir délimité dans lequel interagissent des facteurs naturels, climatiques, physiques et humains, conférant à ce produit une typicité particulière.

L'AOP, comme l'AOC, constitue un patrimoine collectif, et ne peut donc pas être la propriété d'opérateurs économiques à titre privatif, contrairement à une marque par exemple. Tout producteur, situé dans l'aire géographique et respectant les conditions fixées par le cahier des charges de l'appellation peut en revendiquer le bénéfice. La démarche en appellation d'origine est obligatoirement portée par une structure collective : l'Organisme de défense et de gestion (ODG), qui réunit l'ensemble des opérateurs de la filière concernée et est l'interlocuteur officiel de l'Inao. 


IGP (indication géographique protégée)

L'IGP désigne un produit issu d'une zone géographique dont une qualité déterminée, la réputation ou d'autres caractéristiques peuvent être attribuées à cette origine géographique. Comme les AOP, cette catégorie n'est pas réservée aux boissons, elle s'applique aussi aux autres secteurs agricoles et alimentaires. Exemple : jambon de Bayonne, clémentines de Corse...

Suite à la mise en place de cette nouvelle législation, les vins de pays, très présents en restauration (où ils été souvent proposés sous le nom du cépage dont ils sont issus), n'existent plus. Les vins qui bénéficiaient de la dénomination vin de pays - que cette dénomination soit régionale, départementale ou de zone - ont dû choisir entre l'IGP (avec les coûts engendrés par les contrôles inhérents à cette catégorie) ou leur classement en vin sans indication géographique. 

 
Comme c'était le cas pour les vins de pays, les IGP peuvent concerner :

- une région : ces IGP s'étendent sur plusieurs départements : Pays d'Oc (Languedoc et Roussillon), Val de Loire, Comté Tolosan (Sud-Ouest), Comtés rhodaniens (Rhône-Alpes) ;

- un département : Var, Vienne, Gard... mais le nom du département ne peut pas être utilisé s'il constitue ou s'il entre dans l'intitulé d'une appellation d'origine. Ainsi les vins produits en Corse sont vendus sous l'IGP île de Beauté, ceux du Jura sous Franche-Comté… En effet, il existe une AOC vin-de-corse, une AOC côtes-du-jura… ;

- une zone distincte du département, généralement plus restreinte : un village, une vallée, un canton ou un lieu-dit. Par exemple : Coteaux du Pont du Gard, Coteaux du Verdon, Côtes de Gascogne etc.


VSIG (vins sans indication géographique)

Cette nouvelle catégorie, créée par l'OCM, remplace les vins de table. Elle offre la possibilité d'indiquer sur l'étiquette le cépage et/ou le millésime. Les vins sans indication géographique peuvent porter au choix l'une des deux mentions suivantes : vin de France ou vin de cépage de France. Si un seul cépage figure sur l'étiquette, il faut que le vin contienne au minimum 85 % du cépage indiqué.

Beaucoup moins contraignantes que pour les catégories précédentes, les obligations imposées aux VSIG portant la mention du cépage et ou du millésime devront néanmoins respecter un cahier des charges qui a surtout vocation de certifier les opérateurs. C'est auprès de France Agrimer* que les entreprises doivent s'identifier et demander une habilitation pour produire cette catégorie de vin. Cette habilitation n'est pas nécessaire pour les VSIG sans mention du cépage ou du millésime. Certaines mentions ne sont pas autorisées pour les VSIG : mise en bouteille à la propriété, château, clos, cru, domaine, monopole, etc.

Paul Brunet

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services