Actualités
Accueil > Actualités > Produits et boissons

Annoncez le printemps avec la bière de mars

Produits et boissons - mercredi 13 février 2013 11:46
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Malgré le froid hivernal, vous vous préoccupez déjà de ce moment privilégié qu'est, chaque année, l'arrivée de ce nouveau brassin.



La bière de printemps est toujours attendue, et pour de nombreuses raisons. Elle est en avance sur le printemps et elle l'annonce. Elle met fin, dans nos esprits, à l'hiver et procure, à la dégustation, de nouvelles sensations pleines de fraîcheur. Ses caractéristiques les plus marquées sont une palette aromatique florale et une texture légère. Quelle que soit la ou les bières de printemps que vous aurez choisi de débiter, elles seront plébiscitées par vos clients qui attendent avec impatience cet incontournable rendez-vous de l'année.

Aussi mettez-vous en quatre pour annoncer l'événement. Décorez votre établissement avec ces discrètes fleurs de printemps ou en utilisant au mieux les kits d'animation et de balisage mis à votre disposition. Appropriez-les vous et personnalisez-les. Ils sont conçus pour vous permettre de booster vos ventes : ne vous en privez pas ! Et si vous n'en bénéficiez pas, faites vous-même votre décoration de printemps au gré de vos envies. De plus en plus de commerces vous proposent différents objets évoquant le printemps. Faites vos choix à bon escient, rester dans la ligne que vous avez choisie pour votre établissement mais rendez festive l'arrivée de votre bière de printemps.

 

Historique de la bière de printemps 

L'appellation bière de mars n'est apparue en Allemagne qu'en 1324 ('merceiges bier') puis à Arras en 1394 ('briesmars'). Le long cycle de production de la bière était basé sur le temps nécessaire à la levure pour fermenter et affiner la bière à basse température (vers 8°C). Ce cycle commençait avec la récolte de l'orge, qui s'effectuait traditionnellement entre le 13 et le 18 juillet. Après un temps de repos, appelé dormance, l'orge était transformé en malt. L'élaboration de cette bière à base de malt d'orge de l'année et de houblon fraîchement récolté en septembre pouvait alors débuter. Sa longue garde en caves profondes amenait à la consommer au bout de quatre-vingts jours soit le 13 mars, fête du dieu Mars, protecteur des récoltes…

Les techniques modernes de fermentation à l'aide du froid industriel ont fait disparaître ces pratiques traditionnelles et empiriques. Tous les brasseurs français ont renoué avec cette longue tradition en 1990, à l'initiative de l'association Brasseurs de France. La bière de mars redevenait enfin une bière de fête, de convivialité, d'exception, plus communément appelée aujourd'hui, bière de printemps.

(Source : Philippe Voluer, Petite et grande histoire de la bière de mars, 1993 et La savoureuse histoire de la bière de mars, 1994, plaquettes publiées par Brasseurs de France)

 

Notes de dégustation

• Bière de Printemps, Meteor, 5,5 % vol. alc. Inchangée avec sa mousse gourmande, sa robe cuivrée, son nez floral et en bouche, sa fraîcheur et sa légèreté. Elle est proposée cette année accompagnée de bretzels Boehli pour une dégustation encore plus savoureuse.

• Bière de printemps, Grimbergen, 6 % vol. alc. Pour la première fois dans les cafés, bars et brasseries : une mousse qui se délite lentement, une couleur d'ambre clair, un nez d'une assez forte intensité dominée par la pomme et les épices et, en bouche, moelleuse et finement pétillante, avec des saveurs sucrées et amères et une pointe d'acidité. À déguster avec des cranberries ou de fines tranches de pommes séchées.

• Bière de printemps, Leffe, 6,6 % vol. alc. Une mousse fine et délicate, une très belle robe rousse, une palette aromatique délicatement fruitée et une douceur pleine de fraîcheur en bouche. À déguster en proposant l'une des recettes de la chef Hélène Darroze, notamment ses Oboles de Lucerne à l'emmental, chèvre frais et tomates séchées.

• Pelforth de Printemps, 5,8 % vol. alc. Mousse fine et crémeuse, robe ambrée aux reflets fauves avec un nez floral d'acacia sur fond de malt toasté et de miel, légère en bouche mais avec de la vivacité apportée par une fine amertume. Proposez, par exemple, une cocotte de moules à la Pelforth de printemps :


Ingrédients pour 2 personnes :
• 1,5 kg de moules fraîches
• 20 g d'échalote hachée
• 100 g de céleri branche coupé en dés
• 150 g de crème fraîche
• 30 cl de Pelforth de printemps.

Progression :
Versez les moules dans une cocotte, ajoutez échalote, céleri et crème fraîche. Mouillez avec la Pelforth de printemps. Cuire à feu vif en mélangeant à mi-cuisson. Les moules sont cuites dès qu'elles s'ouvrent.

N'oubliez pas les bières de mars et de printemps élaborées avec passion par les brasseurs régionaux. Rencontrez-les au pavillon des régions lors du prochain Salon international de l'agriculture, du 23 février au 3 mars.

 

Cocktails à la bière de printemps
proposés par Jérôme Vallanet, SARL Forma Bar

- Spring cervoise

Ingrédients
• 1 cuillère de miel d'acacia liquide
• 1 cl de jus de citron
• 3 cl de vin blanc fruité (chardonnay)
• 20 cl de bière du printemps
• 2 cl de sirop d'hibiscus Monin.

Progression
Dans un verre à bière, verser :le miel, le jus de citron, le vin blanc, la brière de printemps. Remuer une fois et verser en tombée (pour avoir un effet Sunrise) le sirop d'hibiscus.


- Gold Dreams

Ingrédients
Au shaker, verser :
- 3 cl de thé rouge rooïbos framboise
- 2 cl de cognac
- 1 cl de liqueur de pamplemousse rose
- 1 cl jus de citron vert
- 3 cl de bière du printemps et verser dans le verre.
Décoration : Feuille d'or

Progression
Frapper et verser dans un verre à cocktail le thé rouge, le cognac, la liqueur de pamplemousse ; me jus de citron vert. Puis rincer votre shaker avec la bière de printemps et verser dans le verre.

Hervé Marziou

Rencontre avec Philippe Vasseur, nouveau président de l'Association des Brasseurs de France

L'Hôtellerie Restauration : Vous arrivez à la présidence de Brasseurs de France dans un contexte jamais vu d'augmentation des droits d'accises. Quel est votre sentiment sur l'avenir du marché ?

Philippe Vasseur :
Il y aura des répercussions sur l'avenir du marché, c'est un handicap évident. Il faudra faire en sorte que le produit bière surmonte ce mauvais coup et qu'avec nos moyens nous défendions la production brassicole de notre pays. Il faut définitivement donner à la bière à la fois une autre image et d'autres débouchés.

 

Quelle doit être, selon vous, la place de la bière dans l'offre de boissons en CHR ?

Je pense réellement que nous avons, aujourd'hui, une offre de qualité en CHR. Un café, où qu'il soit implanté, doit être en mesure de proposer une bonne bière à la pression. Il est également intéressant de constater que, de plus en plus, les chefs utilisent la bière en cuisine. Elle doit prendre sa place dans l'offre boisson des cafés mais également dans tous les types de CHR et à de multiples occasions.



Quel est votre regard sur le bistrot d'aujourd'hui ?

Nous venons de vivre une période marquée par le déclin des bistrots, notamment dans les villages et les petites villes. C'est un fait que nous ne pouvons nier. Mais aujourd'hui, nous assistons à un renouvellement des bistrots avec l'appui des brasseurs, grâce à l'accueil réservé aux clients. Et il est important que les bistrots continuent à tisser ce lien social dont nous avons besoin. J'aime ces lieux de vie, de convivialité, à condition d'y venir pour déguster une bière entre amis et d'éviter tout excès de consommation.
En complément :
  Café, bière, boissons : mieux vendre
Journal & Magazine
Bulletin inscription abonnement gratuit
Services