Actualités
Accueil > Actualités > Produits et boissons

Service des boissons : pas trop haut, les mains !

Produits et boissons - mercredi 21 octobre 2009 14:01
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Entorse la plus fréquente – mais aussi l’une des plus intolérables – à l’étiquette du service, la prise du verre à pleine main doit être évitée à tout prix.



Prendre un verre à pleine main ? Shocking ! Et surtout guère respectueux du client...
Prendre un verre à pleine main ? Shocking ! Et surtout guère respectueux du client...


Dans la plupart des établissements, les règles de service des boissons sont bien respectées. Bien sûr, il arrive encore de constater des capsules mal coupées, une main sur l’étiquette, le verre trop plein ou ébréché… Mais les professionnels font des efforts auprès de leur personnel pour y remédier. En revanche, demeure une erreur trop fréquente : celle qui consiste à prendre les verres et les tasses  à pleine main. Ce phénomène s’est amplifié avec le succès croissant du service du vin au verre. Et il n’est pas rare que la personne qui effectue le service saisisse le verre ou la tasse par sa partie supérieure. Pour s’en convaincre, il suffit tout simplement d’un minimum d’observation du service au restaurant, au bar, au café ou au salon de thé.

Non recevable

Ce n’est pas le cas dans votre établissement ? Félicitations ! Néanmoins, de nombreux clients, peut-être sensibilisés par l’épidémie de grippe A, ont attiré notre attention sur cette anomalie. N’oubliez pas que si vous posez vos doigts sur la partie supérieure du verre ou de la tasse, le client y posera ses lèvres, à l'endroit précis où vous avez posé vos doigts. Ce n’est pas très hygiénique, mais c’est surtout intolérable, avec ou sans épidémie de grippe A. Cette remarque vaut lors du service à table mais également au moment de tirer la bière à la pression ou de retirer la tasse à café de dessous la machine. Très souvent, l’excuse invoquée est le manque de temps, le stress au moment du ‘coup de feu’. Excuse non recevable…

Paul Brunet

Journal & Magazine
N° 3808 -
29 septembre 2023
N° 3807 -
15 septembre 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit et réglementation en CHR
par Pascale Carbillet
Services