×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Pourquoi le jugement contre Expédia est historique pour les hôteliers : Recap

Juridique et social - jeudi 3 août 2017 10:45
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le 21 juin, la Cour d'Appel de Paris a condamné Expedia à verser à l'Etat une amende de 1 million d'euros et à retirer les clauses de parité tarifaire de ses contrats. La société mère, qui n'est pas française, a été jugée responsable.



Julie Besse nous explique comment la profession a procédé et pourquoi dans ce dossier.
Julie Besse nous explique comment la profession a procédé et pourquoi dans ce dossier.

- Depuis plus de dix ans, les syndicats professionnels n'ont eu cesse de dénoncer les pratiques commerciales des OTA dont la montée en puissance s'est accompagnée  d'un durcissement des clauses contractuelles, au détriment des hôteliers qui perdaient doucement mais sûrement  la gestion de leur outil de travail. Entre 2008 et 2012, les augmentations des commissions versées aux OTA par les hôtels ont, en outre, augmenté de 27,5% selon l'Umih.

- En 2012, face aux dérives commerciales des OTA, les syndicats hôteliers ont saisi la Commission d'examen des pratiques commerciales (CEPC) ; instance consultative certes, mais dont l'avis, rendu en septembre 2013, abouti à l'assignation en justice d'Expédia (et de Booking)  par le Gouvernement auprès du Tribunal de Commerce de Paris. La CEPC a estimé que les clauses de parité sont contraires au Code du commerce, donc illicites. Deux procédures distinctes sont engagées, l'une contre Expedia, l'autre contre Booking.

- Mai 2015, le Tribunal de Commerce de Paris reconnaît que les clauses de parité tarifaire et les conditions imposées par Expédia créent un déséquilibre commercial. La décision annule l'intégralité des clauses de parité tarifaire, mais uniquement pour les contrats antérieurs conclus entre 2006 et 2011 des 47 hôtels concernés par l'enquête de la DGCCRF.

- Juillet 2015, le ministre de l'Economie, qui n'est pas satisfait par cette décision du Tribunal du Commerce contre Expedia, va interjeter appel.

- Août 2015 : la loi Macron, qui intervient alors que les procédures sont engagées,  instaure un contrat de mandat entre l'hôtelier et les OTA et fait tomber  les clauses de parités imposées par les plateformes. Ainsi, par la loi, l'hôtelier retrouve sa liberté commerciale et peut pratiquer en direct les prix qu'il veut.

- Novembre 2016 : le Tribunal de Commerce  donne raison aux hôteliers contre Booking sur l'illicéité des clauses de parités et sur l'algorithme de classement des hôtels sur le site, trompeur pour le consommateur.

- Juin 2017 : la Cour d'Appel rend son arrêt contre Expedia, donnant raison aux hôteliers sur tous les points débattus : la loi française est applicable (et non la loi anglaise); la société mère d'Expédia est jugée solidairement responsable, pas seulement Expedia.fr ; toutes les clauses de parité sont jugées illégales ; Expedia est enjointe de cesser ces pratiques pour l'avenir ; Expedia est condamnée à verser une amende d'1 million d'Euro à l'Etat… Expedia a réagi en indiquant que cette décision de « la Cour est erronée et qu'elle démontre un manque de compréhension du marché du tourisme en ligne » et annoncé qu'elle formait un pourvoi en cassation contre la décision. Sauf que le million d'amende n'est pas suspensif et que cette nouvelle procédure prendrait entre  4 et 5 ans.

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services