×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Tout pour devenir artisan cuisinier, édito du journal du 18 mai 2017

Juridique et social - mercredi 17 mai 2017 09:43
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés



Alors que de nombreux métiers de bouche - bouchers, charcutiers, pâtissiers, boulangers... - relèvent de l'artisanat, les cuisiniers ne pouvaient pas, jusqu'à présent, bénéficier de ce statut. C'est désormais possible, depuis la publication d'un décret le 10 mai 2017. Pour se prévaloir de la qualité d'artisan, le cuisinier devra s'inscrire au répertoire des métiers dans une chambre des métiers et de l'artisanat, justifier d'une qualification professionnelle, et être au moins titulaire d'un CAP, d'un BEP ou d'un titre équivalent. Il ne devra pas employer plus de dix salariés lors de son inscription. En outre, le professionnel devra justifier d'une cuisine et d'une carte intégralement faites maison, telles que définies par le décret sur le fait maison du 6 mai 2015, c'est-à-dire proposer uniquement des plats élaborés sur place à partir de produits bruts. Hubert Jan, président des restaurateurs de l'Umih, savoure cette victoire après un combat de près de trente ans. Tous les éléments sont là pour que les professionnels accèdent, à compter du 1er juin 2017, à ce statut d'artisan cuisinier qui valorisera leur métier, leur savoir-faire et la transmission. Maintenant, encore faut-il que la mayonnaise prenne et que les professionnels s'emparent de ce titre.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services