×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

La restauration rapide signe deux accords relatifs aux classifications et minimas conventionnels

Juridique et social - jeudi 27 avril 2017 09:45
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le Snarr (Syndicat national de l'alimentation et de la restauration rapide), la CFDT, la CFTC, FGTA-FO et la CFE /CGC viennent de signer un avenant n°50 relatif à la classification des postes dans la restauration rapide et un avenant n°51 relatif au minima conventionnel, aux jours fériés.




En ce qui concerne les salaires, la grille des minima conventionnels est revalorisée en moyenne de 1,30% par rapport à la grille antérieure. La prime annuelle conventionnelle  (PAC) est augmentée de 50 € brut par tranche. Elle est de 170 € brut pour une ancienneté de 1 à 3 ans, de 200 € de 3 ans à moins de 5 ans et passe à 270 € à partir de 5 ans et plus. L'ancienneté pour bénéficier des jours fériés est réduite de 12 à 10 mois.  L'avenant prévoit que ces dispositions sont applicables à compter du 1er avril 2017, sans attendre la publication de l'arrêté d'extension au journal officiel. Avec l'avenant n°50, les partenaires sociaux ont révisé la grille de classification des postes afin de l'adapter à l'évolution des métiers.  Outre, la clarification des 4 critères classants existants, il est créé un 5ème critère « relation client » pour tenir compte des évolutions du secteur d'activité. Le niveau II est simplifié par la suppression d'un échelon. Le statut d'agent de maitrise sera attribué dés le niveau III.C.

Ces deux accords doivent faire l'objet d'une procédure d'extension qui a pour vocation de rendre ce texte d'application obligatoire à toutes les entreprises comprises dans le champ d'application de la convention collective de la restauration rapide.

Dans un contexte économique tendu, le Snarr se félicite que ces négociations aient pu aboutir et rappelle que ses adhérents créent chaque année plusieurs milliers d'emplois sur l'ensemble du territoire.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services