×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Les clients ne bénéficient pas du délai de rétractation pour une réservation hôtelière

Juridique et social - mercredi 18 janvier 2017 12:12
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

"La répression des fraudes me demande d'ajouter à la fin des e-mails pour les réservations de chambre une mention concernant le délai de rétractation. Existe-t-il une phrase type que je pourrais mettre par défaut ?"



© Thinkstock


Vous devez indiquer à vos clients qu'ils ne pourront pas bénéficier du délai de rétraction de 14 jours.

Effectivement, tout consommateur dispose de 14 jours pour exercer son droit de rétractation lors d'un contrat conclu à distance ou hors établissement, sans avoir à motiver sa décision (art. L221-18 alinéa 1 du code de la consommation). Cependant, ce droit ne s'exerce pas pour certains contrats qui sont énumérés par l'article L221-28 du code de la consommation, et notamment les contrats d'hébergement et de restauration qui doivent être fournis à une date ou à une période déterminée.

Ce principe a d'ailleurs été rappelé par un arrêt de la Cour de cassation du 25 novembre 2010 (n° 09-70833). Dans cette affaire, un couple avait effectué une réservation hôtelière par internet mais s'était trompé dans la saisie des dates de séjour lors de l'enregistrement de la commande, et demandait donc la modification ou le remboursement de la prestation. Dans un premier temps, la justice leur a donné gain de cause, en retenant que les époux ont été privés de leur faculté de rétractation, même par voie électronique. Mais la Cour de cassation en a décidé autrement. Elle a précisé que si effectivement un droit de rétractation a été instauré, il ne s'applique pas aux contrats conclus par voie électronique ayant pour objet la prestation de services d'hébergement, de transport, de restauration et de loisirs, qui doivent être fournis à une date ou selon une périodicité déterminée. Ces clients n'ont pas obtenu de remboursement.

Il faut aussi rappeler que préalablement à la conclusion du contrat de vente ou de fourniture de services lors d'un contrat conclu à distance ou hors établissement, le professionnel doit communiquer au consommateur, de manière lisible et compréhensible, un certain nombre d'informations prévues par l'article L221-5 du code de la consommation et notamment : "Lorsque le droit de rétractation ne peut être exercé en application de l'article L221-28, l'information selon laquelle le consommateur ne bénéficie pas de ce droit ou, le cas échéant, les circonstances dans lesquelles le consommateur perd son droit de rétractation." En résumé, il est demandé au professionnel d'indiquer au client dans les documents précontractuels que celui-ci ne pourra pas bénéficier du délai de rétraction de 14 jours en application de l'article L221-28 du code de la consommation. C'est cette mention que la répression des fraudes vous demande d'ajouter à la fin de vos e-mails pour les réservations.


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Santé et sécurité au travail en CHR : constituer votre document unique (+ modèles)
par Carole Gayet
Services