×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Le retour de la défiscalisation des heures supplémentaires, édito du journal du 12 janvier 2017

Juridique et social - mercredi 11 janvier 2017 14:00
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Mesure phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy, la défiscalisation des heures supplémentaires, instituée en 2007, répondait au slogan emblématique de l'ancien président de la République : 'travailler plus pour gagner plus'. Cette loi prévoyait que le salarié - de même que son employeur - ne paierait pas de charges sociales ni d'impôt sur le montant des heures supplémentaires effectuées, ni sur leurs majorations.

Pour la droite, le dispositif permettait de doper le pouvoir d'achat des salariés. La gauche, elle, jugeait alors le dispositif trop coûteux et y voyait un frein à l'embauche. Dès 2012, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a décidé de supprimer ce dispositif. De nombreux salariés, à l'instar de ceux des CHR travaillant sur la base de 39 heures, ont alors constaté une diminution de leur salaire net. Et c'est par la gauche que la mesure revient au goût du jour. Candidat à la primaire du PS, Manuel Valls, a en effet prévu dans son programme de réinstaurer la défiscalisation des heures supplémentaires, tout en précisant que la mesure serait plafonnée à 5 000 ou 6 000 € exonérés par an. Pour justifier ce revirement, l'ex-premier ministre déclare avoir écouté les salariés qui déplorent une perte de leur pouvoir d'achat. Cette position est aussi partagée par Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, qui estime également que cette mesure mérite d'être remise sur le tapis.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Evaluer, acheter et vendre un fonds de commerce en CHR (avec tableur d’estimation)
par Jean Castell
Services