×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Comment être indemnisé en cas de succession d'arrêts maladie ?

Juridique et social - mardi 29 novembre 2016 09:24
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

"Avec 7 ans d'ancienneté, j'ai droit à 80 jours de maintien de salaire par l'entreprise en cas d'arrêt maladie. Si j'ai été arrêtée 2 mois et que je suis de nouveau arrêtée dans l'année, ai-je droit aux 20 jours de maintien de salaire restants ? La période de 12 mois correspond-elle à l'année civile ou non ?"



Vous avez encore droit à 20 jours de complément de salaire par votre employeur en cas de nouvel arrêt maladie dans les 12 mois. Avec 7 ans d'ancienneté, vous avez effectivement droit, lors d'un arrêt maladie, à une indemnisation complémentaire de votre employeur à 90 % pendant les 40 premiers jours et au 2/3 les 40 jours suivants (66,66 % du salaire brut).

Comme le précise l'article 29 de la convention collective des CHR du 30 avril 1997, "lors de chaque arrêt de travail, il est tenu compte des indemnités déjà perçues par le salarié durant les 12 mois précédents."

Concrètement, à chaque arrêt de travail, il faut rechercher les proportions dans lesquelles le salarié a déjà perçu des indemnités pendant les 12 mois précédant le mois du versement de la paie, comme le précise l'article D1226-4 du code du travail. La convention collective ne faisant pas référence à l'année civile, les 12 mois s'apprécient donc à compter de l'arrêt qui donne lieu à complément de salaire.

Si plusieurs absences ont été indemnisées au cours de ces 12 mois, la durée totale ne doit pas dépasser le nombre de jours prévus en fonction de l'ancienneté. Il s'agit donc de déterminer, lors de chaque arrêt de travail, dans quelle limite l'assuré a déjà bénéficié de ses droits au complément de salaire.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services