×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Stop à l'emballement législatif, édito du journal du 20 octobre 2016

Juridique et social - mercredi 19 octobre 2016 15:46
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      




Face à l'inflation législative, il devient impossible d'appliquer le principe selon lequel nul n'est censé ignorer la loi. Dans une étude annuelle consacrée à la simplification du droit en France, présentée fin septembre, le Conseil d'État appelle à stopper l'emballement législatif et dénonce en substance des lois trop nombreuses, trop longues et trop complexes. 

Cette institution a évalué à un million de mots l'ajout chaque année de nouvelles loi et ordonnances, sans tenir compte des décrets et arrêtés. À titre d'exemple, la récente loi sur la transition énergétique, qui comptait 64 articles au sortir du Conseil des ministres, a finalement été adoptée dans une version dopée contenant 251 articles. Elle a presque quadruplé de volume pendant son passage au Parlement.

Si le Gouvernement a l'obligation de faire une études d'impact avant de proposer une nouvelle loi, celle-ci est facilement contournée ou effectuée trop tardivement. La situation s'aggrave d'année en année, et ce ne sont pas les 27 propositions du Conseil qui vont inverser cette tendance.

Les adhérents du GNI n'ont pas eu besoin de lire ce rapport pour avoir un aperçu de cette inflation législative et de sa complexité. Il leur a suffi de suivre les nombreux ateliers juridiques proposés lors de leur congrès annuel 

Pascale Carbillet