×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Travail dominical : le débat est relancé - Édito du journal du 8 septembre 2016

Juridique et social - mercredi 7 septembre 2016 09:21
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés



Travailler le dimanche, oui, mais avec des contreparties : tel est le mot d'ordre que vient de lancer la CFDT sur son site internet. Le sujet est à l'ordre du jour de la prochaine commission mixte paritaire du 7 octobre, qui réunira les partenaires sociaux de la branche des cafés, hôtels et restaurants après une longue pause estivale.Le code du travail pose comme principe que les salariés doivent bénéficier d'au moins d'un jour de repos par semaine, et que celui-ci doit être accordé le dimanche. 

Comme tout principe, il souffre d'exceptions, notamment pour le secteur des CHR. Ceux-ci peuvent non seulement faire travailler leurs salariés le dimanche sans avoir à leur demander l'autorisation, mais surtout ils ne sont pas contraints d'accorder de contrepartie. La loi Macron a étendu les possibilités permettant de le travail dominical à condition de prévoir des contreparties pour les salariés, mais elle n'a pas touché au régime dérogatoire qui s'applique notamment aux CHR. 

C'est ce point précis que souhaite modifier la CFDT, dont le but n'est pas pour autant de s'opposer aux ouvertures dominicales dans les CHR. À l'appui de ses revendications, l'organisation syndicale met en avant le déficit d'image dont pâtit la profession en raison de ses contraintes. Le ton est donné.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services