×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Comment être indemnisé suite aux inondations

Juridique et social - vendredi 3 juin 2016 12:25
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Les crues exceptionnelles qui inondent une partie du pays depuis le début de la semaine ont causé d'importants dégâts matériels. La reconnaissance de l'état de catastrophe est nécessaire pour se faire indemniser. Explications.




Les dommages causés par des crues ou des inondations ne peuvent être pris en charge qu'au titre de la garantie catastrophe naturelle qui figure obligatoirement dans tous les contrats d'assurance multirisques habitation ou commerce. Toutefois, l'état de catastrophe naturelle ne peut être reconnu que par un arrêté interministériel qui détermine les zones, les périodes de la catastrophe naturelle ainsi que la nature des dommages indemnisables.
François Hollande a annoncé jeudi 2 juin lors du congrès des maires de France que l'état de catastrophe naturelle serait reconnu dés la prochain Conseil des ministres, soit mercredi 8 juin pour les zones les plus touchées par les intempéries.


Quelles sont les premières démarches à effectuer ?
Vous devez prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter l'aggravation des dommages subis par votre commerce ou votre habitation. Pensez à conserver dans la mesure du possible des justificatifs (photos, vidéos, témoignages de voisins…).

Dans quel délai faire sa déclaration ?
Vous devez déclarer le sinistre à votre assureur au plus vite par tous moyens (téléphone, mail…) dés que vous prenez connaissance du sinistre.

Vous disposez cependant d'un délai de 10 jours après la parution  de l'arrêté interministériel de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle au Journal officiel pour déclarer le sinistre à votre assureur.

Les documents à fournir
Vous devez adresser à votre assureur un descriptif des dommages subis et une liste chiffrée de tous les objets perdus ou endommagés. Tout type de document peut servir à justifier de l'existence de biens détruits ou endommagés : facture d'achat ou de réparation, actes notariés, contrat de location… Mais le plus souvent, il arrive que tous ces documents aient été détruits lors des inondations ou que les dommages soient tels qu'il a fallu procéder à des déblaiements immédiats. Dans ce cas, il faut conserver des justificatifs des biens endommagés avec des photographies ou des vidéos, voire des témoignages de vos voisins.

L'expertise
Si les dommages sont très importants (atteinte à la structure du bâtiment, perte de mobilier de grande valeur…), l'assureur peut désigner à ses frais un expert professionnel qui fixera le montant des dommages en accord avec l'assuré. Vous pouvez aussi choisir de faire effectuer l'évaluation par un expert de votre choix, mais dans ce cas, elle restera à votre charge.

Franchises
En raison de la recrudescence de cas de catastrophe naturelle, une franchise - c'est-à-dire une somme d'argent définie - reste toujours à la charge des assurés.

La franchise s'élève à 380 € pour les biens particuliers. Pour les biens professionnels, la franchise représente 10% du montant des dommages avec un minimum de 1140 €, sauf en cas de franchise supérieur prévue par le contrat.

Une franchise supplémentaire s'applique pour les pertes d'exploitation lorsque l'assuré a souscrit cette garantie. Elle est de trois jours d'interruption ou de réduction d'activité, avec un minimum de 1 140 € cumulable avec la franchise des dommages directs.

Franchises majorées
Si la commune sinistrée n'a pas mis en place un plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPRP), les franchises sont doublées à compter du 3ème arrêté dont elles sont victimes. Elles sont triplées au 4ème arrêté, et quadruplées à partir du 5ème arrêté et pour les suivants.

Les frais de pompage et de nettoyage sont-ils garantis ?
Les frais de pompage, de nettoyage et de désinfection des locaux sont garantis ainsi que les dommages imputables à l'humidité ou à la condensation consécutive à la stagnation de l'eau dans les locaux.

Pour quelle indemnisation ?
L'assureur détermine le montant des dommages et vous proposera une indemnité qu'il doit vous verser dans le cas de catastrophe naturelle dans un délai de trois mois après que vous avez envoyé l'état estimatif de vos biens endommagés ou des pertes subies.

En cas de désaccord avec votre assureur sur le montant proposé, il vous appartient de saisir en premier lieu le service clientèle de votre société d'assurance. Si ce désaccord persiste, vous pourrez soumettre votre dossier à un médiateur dont les coordonnées vous seront communiquées par votre société d'assurance. Il intervient en toute indépendance et gratuitement.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fruits et légumes : dictionnaire
par Frédéric Jaunault
Services