×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Édito du journal n° 3496 du 28 avril 2016 : "Taxe de séjour pour tous"

Juridique et social - mercredi 27 avril 2016 09:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


La taxe de séjour a été instaurée en 1910 pour permettre aux collectivités d'améliorer les conditions d'accueil des touristes. Elle a été renforcée par une taxe forfaitaire en 1988, qui a instauré un barème pour chaque catégorie d'hébergement. Depuis, plus rien, jusqu'à la loi de finances pour 2015, qui a provoqué une levée de boucliers de la part des organisations professionnelles puisqu'elle proposait à l'origine de taxer jusqu'à 8 € par personne et par nuit. Finalement, l'augmentation reste raisonnable, mais une nouvelle tranche a été créée pour les palaces, pouvant aller jusqu'à 4 €.

La réforme introduit une autre nouveauté : la possibilité pour les communes de taxer les plateformes internet d'échange et de location de meublés, d'un montant maximum de 0,83 € par personne et par nuitée. Airbnb s'est engagé à collecter la taxe de séjour pour la mairie de Paris. À ce titre, la plateforme a reversé 1,2 M€ pour la période allant du 1er octobre au 31 décembre 2015, ce qui représente plus de 1,4 million de nuitées en trois mois seulement. Cela n'est pas suffisant pour mettre fin aux distorsions de concurrence avec les hôteliers qui demandent un meilleur encadrement pour une concurrence saine et équitable entre tous les acteurs. Anne Hidalgo, la maire de Paris, semble bien les avoir entendus.


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services