×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Édito du journal n° 3493 du 7 avril 2016 : Pourboires or not pourboires

Juridique et social - mercredi 6 avril 2016 09:16
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Le pourboire trouverait ses origines en Angleterre au XVIIIe siècle, quand le patron d'un établissement installa un pot sur le comptoir comportant l'inscription : To Insure Promptness (pour assurer la rapidité). Ce pot était destiné à recevoir les pièces des clients pressés qui désiraient être servis plus vite. Les initiales de cette expression sont restées et forment le mot tip, qui désigne le pourboire en anglais. En France, cette pratique s'est développée un peu plus tard pour remercier les serveurs d'un café ou d'un restaurant de la qualité du service rendu. Le terme pourboire vient de l'expression utilisée autrefois lors de la remise de cette gratification : "Pour boire à ma santé !" Le pourboire avait également une autre vocation puisqu'il permettait de compléter le revenu du personnel.

Il ne doit cependant pas être confondu avec le pourboire obligatoire, ou plus exactement la rémunération au pourcentage service, qui consiste à percevoir un pourcentage sur le chiffre d'affaires au profit des salariés en guise de rémunération. Issue de la loi Godart, celle-ci prévoit que les sommes prélevées doivent être intégralement et exclusivement versées au personnel en contact avec la clientèle. En pratique, le serveur conserve le pourboire remis par le client, mais de plus en plus d'établissements s'inspirent des règles de la loi Godart et répartissent les sommes entre tout le personnel, y compris celui de la cuisine.


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Communication digitale : web, mobile et réseaux
par Vanessa Guerrier-Buisine
Services