×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Édito du journal n° 3487 du 25 février 2016 : Transparence pour tous

Juridique et social - mercredi 24 février 2016 16:01
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés



La loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt du 30 octobre 2014 a prévu de rendre publics les résultats des contrôles d'hygiène réalisés dans les restaurants. Une phase expérimentale a été mise en place, depuis juillet 2015, à Avignon et Paris, avec publication des résultats sur le site du ministère de l'Agriculture.

Pour faire entendre la voix de la profession, les organisations patronales des CHR participent, depuis plusieurs mois, au comité de pilotage créé par ce ministère.

La semaine dernière, la CLCV, association nationale de défense des consommateurs et des usagers, a analysé et commenté les résultats de ces contrôles par voie de presse et ce, alors que le comité de pilotage se réunissait quelques jours après pour définir les modalités de la transparence des contrôles d'hygiène. Les organisations patronales ont déploré cette initiative qui a jeté l'opprobre sur la profession. Ils ont surtout rappelé que cette obligation allait incomber, comme toujours, aux professionnels ayant pignon sur rue, mais n'allait pas s'appliquer à la restauration collaborative, qui se développe pourtant de plus en plus. Les organisations ont aussi demandé le report de cette mesure au 1er janvier 2017, et non au 1er juillet comme cela est prévu en l'état actuel des textes. Espérons que la profession soit entendue.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
par la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration
Services