×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Édito du journal n° 3478 du 24 décembre 2015 : TVA à taux réduit, le retour de la polémique

Juridique et social - mercredi 23 décembre 2015 11:31
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Dans un rapport rendu public le 16 décembre dernier, la Cour des comptes dénonce la multiplication des taux réduits de TVA qu'elle juge coûteux et inefficaces (lire p. 4). Pour appuyer sa démonstration, elle prend notamment l'exemple de la restauration. C'est un véritable procès à charge établi contre le secteur.

Les organisations professionnelles de la restauration invoquaient la distorsion de concurrence existant entre la vente à emporter, soumise au taux réduit, et la consommation sur place, soumise au taux normal. Pour obtenir cette baisse du taux en 2009, ces organisations ont dû s'engager à redistribuer une partie du différentiel de TVA aux consommateurs en diminuant les prix, aux salariés avec une amélioration de leurs conditions de travail, et l'investir dans la modernisation de leur établissement. Ces engagements ont été repris dans le contrat d'avenir de la restauration. Dans un accord de décembre 2009, le secteur a revalorisé la grille de salaires de 5 % en moyenne, instauré un minimum conventionnel supérieur au taux légal du smic ainsi qu'une prime dite TVA, et a mis en place une mutuelle frais de santé.

Fin 2012, Sylvia Pinel, ministre du Tourisme, a conclu au respect du contrat dans ses grandes lignes et déclaré que les restaurateurs avaient tenu leurs engagements. Ce bilan devait mettre fin aux polémiques. Ce n'est visiblement pas le cas pour la Cour des comptes, qui n'insiste pas sur le fait que le taux de TVA pour la restauration a presque doublé en cinq ans, passant de 5,5 % à 7 % puis 10 %.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Stratégie de marque : les outils pour développer votre hôtel
par Youri Sawerschel
Services