×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

La CGPME contre la modification des règles du dialogue social dans les TPE

Juridique et social - mercredi 20 mai 2015 18:36
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

La commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale a adopté mercredi 20 mai un amendement permettant aux représentants des salariés des TPE d'accéder aux locaux de l'entreprise.




Le projet de loi  Rebsamen, sur le dialogue social en cours d'examen à l'Assemblée nationale veut organiser la représentativité syndicale des salariés et employeurs dans les très petites entreprises (TPE). Pour se faire, il est prévu la création de commissions externes appelées commission régionales paritaires. Commissions qui seraient composés de salariés et d'employeurs de TPE désignés respectivement par les organisations syndicales de salariés et les organisations professionnelles d'employeurs. La mission de ces missions sera de conseiller et d'informer les salariés sur leurs droits.

Selon l'auteur de l'amendement, le député PS, Christophe Sirugue, les membres de ces commissions paritaires régionales doivent pouvoir accès, dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions, aux personnes qu'ils représentent. C'est la raison pour laquelle la commission des affaires sociales a adopté un amendement permettant aux membres de ces commissions d'accéder aux locaux des entreprises.

La CGPME dénonce cet amendement qui ouvrent  grand la porte des TPE aux syndicats de salariés qui pourront désormais s'immiscer directement, via de nouvelles commissions régionales paritaires, dans la relation entre les salariés et le chef d'entreprise de moins de 11 salariés, et ce alors que le texte initial en interdisait l'accès.

La confédération déplore les missions octroyées à ces mandataires syndicaux qui auront aussi vocation à intervenir en tant que médiateur afin d'éviter les conflits individuels ou collectifs, « donnant ainsi au chef d'entreprise des leçons sur la manière de dialoguer avec ses salariés ».
Pour la CGPME, laisser croire que les patrons de TPE ont besoin de syndicats extérieurs pour faire vivre le dialogue dans les entreprises dénote une forme de mépris inacceptable.
C'est pourquoi elle alerte solennellement les pouvoirs publics sur les méfaits de  texte.
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Tours de main
par Marcel Mattiussi
Services