×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Carole Delga simplifie le « Fait maison »

Juridique et social - jeudi 9 avril 2015 18:17
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Carole Delga, secrétaire d'Etat chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'Economie sociale et solidaire vient d'annoncer les évolutions qui vont être apportées à la mention Fait maison.




L'obligation de mentionner les plats faits maison a été instituée par la loi relative à la consommation du 17 mars 2014. Un décret du 11 juillet 2014 est venue définir cette mention fait maison ainsi que ses modalités de mise en oeuvre.  Cette mention répond à un double objectif : mieux informer les consommateurs et valoriser le travail et le savoir-faire des restaurateurs.  Mais elle a conduit surtout à de nombreuses critiques tant de la part des professionnels que des consommateurs : trop compliqué, illisible,…

Tous les acteurs de la filière restauration, organisations professionnelles, fournisseurs et distributeurs, et associations de consommateurs, ont été consultés afin d'élaborer un nouveau référentiel qui permet de rendre le dispositif « Fait maison » plus simple et plus clair pour tous.

 Pour Carole DELGA : « Les deux objectifs de ce décret révisé sont de reconnaître la cuisine des plats faite sur place et de donner un gage de transparence pour le consommateur sur l'authenticité de la cuisine réalisée par les restaurateurs. Ceux qui s'approprient ce dispositif de valorisation, en mettant en avant le caractère « Fait maison », contribuent à la reconnaissance du secteur et à sa montée en gamme »

Principales évolutions du dispositif « Fait maison » 

Le « Fait-maison » concerne les produits crus transformés sur place, c'est-à-dire non cuits ou non dénaturés par quelque procédé que ce soit.

Les seules exceptions à cette règle concernent les produits que le consommateur ne s'attend pas à ce qu'ils soient confectionnés sur place, tels que les pâtes, les fromages, le pain. Ainsi, la pâte feuilletée doit dorénavant être cuisinée par le restaurateur pour porter la mention « Fait maison »

Lorsque le restaurateur utilise un produit d'une marque de renom, le plat ne pourra pas être dit « Fait maison ». Il sera précisé l'utilisation de ce produit de marque.

La phrase « les plats 'Faits maison' sont élaborés sur place à partir de produits bruts » ne figurera que sur les cartes des restaurants souhaitant mettre en avant les plats « Fait maison ».

Cette démarche s'inscrit dans le cadre du dispositif global de notre soutien à la gastronomie qui représente une filière essentielle de notre économie et qui participe aussi à l'identité culturelle de la France

La mention « fait maison » reconnaît un plat réalisé à partir de produits crus cuisinés sur place ; le statut d'artisan-cuisinier consacre la reconnaissance d'un métier, d'un savoir-faire ; et le titre de Maître-Restaurateur, dont le cahier des charges a été rénové, valorise l'ensemble d'un établissement (cuisine, produits, services, lieux, etc.).

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Tours de main
par Marcel Mattiussi
Services