×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Edito du magazine 3436 du 5 mars 2015 : "Une transparence opaque"

Juridique et social - mercredi 4 mars 2015 15:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés



Afin d'informer les consommateurs sur la qualité de l'hygiène dans les restaurants, la loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 a prévu que les résultats des contrôles effectués soient rendus publics. Dans un premier temps, un Smiley avait été envisagé pour signaler cette information, une proposition dénoncée par les professionnels. Finalement, un décret publié au Journal officiel du 20 février 2015 fixe les modalités de cette information. Celle-ci se décline en trois niveaux : bon niveau d'hygiène, niveau d'hygiène acceptable, niveau d'hygiène à améliorer.

Le résultat du contrôle sera disponible sur le site internet du ministère de l'agriculture où seront rendus publics : le nom et l'adresse de l'établissement, la date du dernier contrôle et le niveau d'hygiène. Le restaurateur a la possibilité (et non l'obligation) d'apposer sur sa devanture une affiche contenant un QR code qui redirigera sur le site internet comportant les résultats. Ils y figureront pendant trois mois pour les restaurants de Paris et un an pour Avignon, ces deux villes ayant été retenues pour l'expérimentation en raison de leur fréquentation touristique. Il est difficile d'imaginer que les consommateurs auront le réflexe d'aller consulter cette page internet, sous réserve qu'ils en aient entendu parler. Et il est fort probable que le professionnel dont le niveau d'hygiène est à améliorer n'affichera pas ce QR code.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce en fiches pratiques
par Tiphaine Beausseron
Services