×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Comment choisir et protéger son nom commercial

Juridique et social - vendredi 13 février 2015 14:29
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le nom commercial d'un établissement est un élément important car il permet non seulement de l'identifier mais aussi d'assurer sa notoriété tant auprès de la clientèle que des partenaires commerciaux. Plusieurs précautions doivent être prises avant de choisir ce nom et pour le protéger.




Toute personne physique possède un nom qui lui permet d'être identifié. Pour l'entreprise, c'est la même chose, bien que celle-ci dispose de plusieurs signes distinctifs.

• Dénomination sociale : nom qui identifie juridiquement l'entreprise, par exemple 'SARL J.  Marmiton'. La propriété de ce nom s'acquiert lors de l'immatriculation de la société au RCS (registre du commerce et des sociétés). La portée de la protection est nationale pour la dénomination sociale.

• Nom commercial : nom sous lequel la société est connue du public. Il s'agit du nom sous lequel l'établissement est exploité, par exemple 'Le Marmiton'. La protection du nom naît de la première utilisation publique, et se conserve par une utilisation effective (facture, publicité, prospectus…). Mais cette protection est seulement territoriale, c'est-à-dire qu'elle correspond au rayonnement de la clientèle (ville, département…).

• Enseigne : signe visible qui permet de localiser géographiquement l'établissement. En pratique, le nom commercial est le même que l'enseigne qui est apposée sur l'établissement pour permettre au passant de le reconnaître. La protection naît avec le premier usage public et l'existence d'une clientèle. La protection est territoriale, comme pour le nom. Mentionner le nom commercial et l'enseigne sur le RCS permet de prouver le point de départ de leur utilisation.

• Marque : signe permettant de distinguer les produits et services d'une entreprise de ceux de ses concurrents. La protection naît à compter de la date de dépôt de la demande à l'Inpi (Institut national de la propriété industrielle) et l'étendue de cette protection est nationale.

 

Déposer son nom à titre de marque

Le nom commercial choisi par le professionnel peut aussi faire l'objet du dépôt d'une marque à l'Inpi, qui délivre alors un titre de propriété. La marque est protégée pour une durée de dix ans, indéfiniment renouvelable. Ce dépôt donne le monopole d'exploitation et apporte au professionnel une protection supplémentaire plus efficace et plus rapide. En effet, du seul fait de l'utilisation de sa marque, le propriétaire engage une action en contrefaçon, sans avoir besoin de démontrer une faute ou un préjudice.

Pour défendre sa dénomination sociale, son nom commercial ou son enseigne, il faut intenter une action en concurrence déloyale et démontrer une faute du concurrent, un préjudice pour l'entreprise et un lien de causalité entre ces deux éléments.

 

Les précautions à prendre

Avant d'immatriculer votre société, d'exploiter un nom ou déposer une marque, il est important de s'assurer que le nom choisi est bien disponible, c'est-à-dire qu'il ne fasse pas déjà l'objet d'une appropriation par un tiers, notamment à titre de marque, dénomination sociale, nom commercial,…

En effet, si le nom de votre société n'est pas disponible, il peut être contesté à tout moment par les propriétaires de droit antérieurs qui peuvent vous attaquer en contrefaçon ou en concurrence déloyale et vous interdire d'utiliser ce nom.

Sachez que lorsque vous déclarez votre société au Centre de formalités des entreprises pour que celle-ci soit enregistrée au RCS, ces deux organismes ne sont pas chargés de vérifier si votre nom et disponible ou non. C'est au professionnel ou à son conseil qu'il appartient d'effectuer cette démarche.

 

Comment faire la recherche ?

Il faut vérifier qu'il n'existe pas de nom identique ou similaire à celui que vous avez choisi en consultant :

- la base de données Infogreffe (www.infogreffe.fr) qui répertorie les dénominations sociales, enseignes, noms commerciaux en France.

- la base de données des marques, accessible gratuitement via le site de l'INPI (www.inpi.fr), pour vérifier que le nom commercial choisi n'a pas fait l'objet d'un dépôt de marque.

Mais attention, ce service n'est qu'une première étape pour vérifier l'existence d'une marque. En effet, la recherche se fait seulement à l'identique. Il est nécessaire de faire une recherche approfondie dite de similarités, pour prendre en compte des ressemblances orthographiques, phonétiques ou intellectuelles. L'INPI propose une prestation payante pour effectuer cette recherche
Pascale Carbillet

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Inspirations et tendances culinaires
par Tiphaine Campet
Services