×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Frédéric Lefebvre s'engage auprès des salariés sur les acquis sociaux

Juridique et social - vendredi 27 janvier 2012 18:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Jeudi 26 janvier 2012, le secrétaire d'Etat au tourisme a reçu à leur demande, les 5 syndicats de salariés représentatifs dans le secteur des HCR : FO, CFTC, CGC, CFDT et CGT. Au cours de cet entretien, ces organisations parlant d'une seule voix lui ont fait part de leurs inquiétudes sur l'avenir des acquis sociaux des salariés des hôtels, cafés, restaurants obtenus suite à la baisse de la TVA en 2009.



Suite à la revalorisation du taux horaire du Smic en décembre et janvier 2012, les partenaires sociaux se sont retrouvés en mixte paritaire le 12 janvier afin de négocier  une nouvelle grille de salaires ainsi que le devenir de la prime TVA en raison du relèvement du taux réduit de TVA. Après de longues et difficiles négociations, c'est un collège patronal uni (CPIH, GNC, Fagiht, Umih, SNRTC et Synhorcat) qui a proposé à la signature une grille de salaire, avec un augmentation globale de l'ordre de 2%, et avec un salaire minimum conventionnel supérieur à 1% du Smic, conformément à l'accord social du 15 décembre 2009 conclu en contrepartie à la baisse de TVA. Les salariés étaient prêts à accepter cette grille de salaire, bien qu'ils la considèrent comme insuffisante, mais faute d'un accord sur le devenir de la prime TVA, ils ont refusé de la signer. Les syndicats de salariés revendiquent le maintien de cette prime, et souhaitent d'ailleurs qu'elle ne s'appuie plus sur la TVA, pour devenir une prime compensant les contraintes de travail de la profession, avec les horaires en coupure, le travail le soir et le week-end. Fort de la clause dans l'accord de 2009 qui conditionne le maintien de la prime au taux réduit à 5,5%, le collège patronal a proposé de la garantir uniquement pour la période du 1er juillet au 31 décembre 2011 et de se retrouver en mars 2012 pour négocier son devenir. Quant aux syndicats de salariés, ils rappellent les engagements du collège patronal de maintenir les avantages sociaux si toutes les formes de restauration se voyaient appliquer le relèvement du taux de TVA à 7%.

L'intersyndicale, précise que le secrétaire d'Etat, leur a confirmé que même si la TVA est désormais au taux de 7% pour les entreprises de la branche hôtellerie-restauration, le secteur bénéficie néanmoins toujours d'un taux réduit. Dans ces conditions, le contrat d'avenir conclu avec les organisations professionnelles devait être respecté, notamment en ce qui concerne le volet social. Selon les syndicats de salariés, Frédéric Lefebvre s'est engagé à rappeler aux organisations patronales leurs engagements.

Malgré tout, l'intersyndicale a décidé de maintenir sa décision de réserver sa signature de l'accord salarial et de rester extrêmement attentive à l'évolution des accords de branche signés en 2009.
Pascale Carbillet

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services