×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hygiène

Soyez vigilants pour éviter la prolifération des punaises de lit

Hygiène - lundi 31 janvier 2011 16:42
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Les punaises de lit réinvestissent les chambres d’hôtels. Elles se dissimulent dans les matelas ou sommiers, pour mieux piquer et sucer le sang des voyageurs endormis, provoquant des plaques rouges et démangeaisons en cas d’allergie. Se déplaçant principalement la nuit, il faut donc veiller aux signes révélant sa présence : petites taches noires ou trace de sang afin d’enrayer au plus vite son développement.



La punaise de lit, ou ‘bedbug’ en anglais, avait totalement disparu des habitations dans les années 1950. L’utilisation massive d’insecticides puissants comme le DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane) avait permis d’éradiquer ce nuisible. Mais depuis quelques années, celui-ci fait un retour en force, avec une progression de l’ordre de 10 à 15 % chaque année. Deux causes ont contribué à sa réapparition sur le sol européen et américain : d’abord, l’interdiction de nombreux insecticides considérés comme nocifs pour la santé et qui ont donc été retirés de la vente ; ensuite, le développement des déplacements internationaux des voyageurs et de leurs bagages permet aux punaises de lit de voyager au-delà des frontières.

Mais on est loin de l’invasion annoncée par certains médias”, précise Bertrand Montmoreau, président de la chambre syndicale désinfection, désinsectisation, dératisation (CS3D), qui fédère des entreprises spécialisées dans la lutte contre les nuisibles. Je parlerais plutôt d’une augmentation significative, avec une particularité : aux États-Unis, on les trouve principalement dans les logements bon marché alors qu’en Europe, elles préfèrent les chambres d’hôtels.” En outre, la nature des traitements utilisés contre ces nuisibles constitue aussi un facteur aggravant, selon le président de CS3D. Autrefois, les traitements avaient un côté préventif, alors qu’aujourd’hui, ils sont très ciblés et n’ont d’effet que sur une espèce.

La punaise de lit mesure à l’âge adulte entre 5 et 8 mm de long. Sa forme aplatie lui permet de se glisser dans de minuscules anfractuosités. Ce petit vampire se déplace principalement la nuit pour se nourrir du sang des dormeurs. Piquant plusieurs fois, il laisse des traces rouges comme des piqûres de moustique, pouvant entraîner des réactions allergiques avec des boursouflures rouge vif très douloureuses.

La punaise de lit a une espérance de vie de 4 mois à un an et une femelle peut pondre jusqu’à 500 œufs.

La détection visuelle la meilleure prévention
Le meilleur moyen de les détecter consiste en une inspection visuelle : de petites traces de sang, ou de petites taches noires (comme si on avait secoué un stylo plume) nécessitent un examen approfondi de la chambre. Animal nocturne, la punaise de lit se cache le jour et se nourrit dès la nuit tombée. Ses lieux de prédilections se trouvent entre le matelas et le sommier, dans les coutures du matelas, mais aussi derrière les têtes de lit, tableau et autres éléments décoratifs, ainsi que dans les fissures et les fentes de planchers. Une des raisons qui expliquent aussi leur prolifération, tient au fait que dans les hôtels, on ne retourne plus aussi régulièrement les matelas. Ce qui permettait de les détecter plus rapidement.

Ne comptez pas nécessairement sur vos clients pour vous prévenir. Ces derniers peuvent avoir été piqués sans manifester de réactions allergiques. En revanche, s’ils ont séjourné dans un lieu infesté, ils ont de forte chance pour en emporter avec eux.

Si des indices vous révèlent la présence de ces petits insectes, vous devez traiter au plus vite la chambre. Le mieux étant de faire appel à une société spécialisée et ne pas se contenter de vouloir traiter soi-même le problème.

 

Préparer la chambre au traitement

Vous devez préparer la chambre avant de commencer le traitement. Pour cela, il faut commencer par enlever toute la literie, puis la mettre dans un sac hermétique, afin d’évitez la propagation des punaise à d’autres parties de votre établissement. Pour la literie, il suffit de la laver à l’eau chaude (60°C) pour tuer les punaises.

Vous devez ensuite séparer totalement le matelas du sommier pour que ces deux éléments soient traités correctement. Mais il faut aussi dégager le lit du mur, ainsi que le bois de lit, le dévisser si ce dernier est fixé au mur. Vous devez aussi enlever les rideaux et cache rideaux pour les traiter, ainsi que tout éléments de décoration fixé au mur.

 

Pour un traitement efficace, Bertrand Montmoreau préconise 3 passages : les deux premiers à 48 heures d’intervalles, le 3e passage qui doit se dérouler après un délai de quinze jours a pour but de tuer les œufs qui auraient pu éclore entre temps. Le traitement insecticide contre les punaises n’a aucun effet sur leurs œufs. L’hôtelier peut relouer la chambre entre le deuxième et le troisième passage.
Le président de CS3D conseille aussi de traiter les chambres avoisinantes, c’est-à-dire celles situées de chaque coté mais aussi celle au dessus et au-dessous. En termes de tarifs, il faut compter environ 100 € par chambre en sachant que ce tarif est déterminé en fonction du nombre de chambre à traiter. Pour trouver une société spécialisée, vous pouvez consultez le site Internet de CDS3 où vous trouverez les entreprises adhérentes de cette organisation répertoriées par département.
Pascale Carbillet