×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Isabelle Rochelandet (Choice) : "Nous recommandons à nos hôteliers de rester vigilants"

Hôtellerie - vendredi 28 octobre 2011 12:32
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Concernée par l'affaire dite du Carlton de Lille, en raison de l'implication d'un établissement de l'une de ses enseignes, la présidente du réseau Choice en France s'explique.



'Le chef d'entreprise garde la responsabilité pénale de ce qui se passe dans son établissement', rappelle Isabelle Rochelandet.
'Le chef d'entreprise garde la responsabilité pénale de ce qui se passe dans son établissement', rappelle Isabelle Rochelandet.

L'Hôtellerie Restauration : Pensez-vous que l'affaire de proxénétisme dans trois hôtels de Lille, où a été cité un hôtel du groupe puisse être préjudiciable pour le groupe ? Quel impact cela peut-il avoir sur la marque Comfort ?
Isabelle Rochelandet : Il est bien sûr très pénible de voir des enseignes du groupe citées dans des 'affaires', qu'elles soient de proxénétisme ou autres, et si cela a peu d'impact au niveau national, cela peut en revanche causer du tort à d'autres hôtels confrères au niveau régional. Toutefois, il faut souligner qu'à notre connaissance, le Comfort Hotel lui-même n'a jamais véritablement été mis en cause, mais il appartient au même propriétaire que les deux autres. Dans ce cas précis, comme l'enquête est en cours, nous n'avons aucun jugement à porter. En revanche, c'est avec un grand bonheur que nous avons appris que le tribunal n'avait pas ordonné la fermeture administrative des établissements, ce qui était primordial pour toutes les équipes.

Plus généralement, le réseau Choice est composé d'hôteliers indépendants qui engagent seuls leur responsabilité, notamment pénale. En aucun cas, cela ne doit porter ombrage aux autres franchisés ni à l'image de l'enseigne.

En tant que présidente du réseau Choice en France, avez-vous des conseils à donner à vos hôteliers ?
Nous leur recommandons de rester vigilants et prudents. En effet, le risque existe et certaines choses sont plus visibles que d'autres… Il est donc indispensable d'établir des points de contrôle en permanence car le chef d'entreprise garde la responsabilité pénale de ce qui se passe dans son établissement, même s'il n'est pas présent. Nous allons d'ailleurs le rappeler en envoyant une communication dans ce sens à tous nos franchisés.

Et pour les équipes, que prévoyez-vous ?
Les équipes des hôtels concernés sont particulièrement traumatisées en ce moment. Mais nous les mettons également en garde. En effet, même si la responsabilité pénale demeure celle du dirigeant, directeur ou propriétaire, les employés aussi doivent rester vigilants, et ne rien faire qui mette en cause leur honnêteté et leur intégrité. Il faut maintenant tourner la page et redonner aux hôtels l'image qu'ils n'auraient pas dû perdre.

Quelles sont les actions que vous menez, au niveau du siège de Choice, dans le domaine de la prévention ?
D'une façon générale, nous avons une attitude d'assistance et d'information. Nous communiquons en permanence des rappels à la réglementation, nous diffusons des notes sur les lois et la jurisprudence notamment sur tout ce qui touche au secteur hôtelier/restauration mais aussi fiscal, social…
Propos recueillis par Évelyne de Bast