×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Rêve de Grand Large sur l'île d'Oléron

Hôtellerie - mercredi 19 octobre 2011 12:15
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Dolus d'Oléron (17) Originaire du Lubéron, la famille Bougnard a vendu ses biens pour acquérir et rénover totalement Le Grand Large. Fermée depuis 2006, cette adresse emblématique de l'île d'Oléron, dont elle est l'unique 4 étoiles, a rouvert en février dernier au terme d'un an de travaux.



Sur la commune de Dolus-d'Oléron (17), à la Rémigeasse, petit village situé sur la côte Ouest, le bâtiment de style Le Corbusier est ancré sur la dune battue par les vents. Depuis les étages, l'océan et une plage sauvage piquée d'oyats se dévoilent en panoramique. Le comptoir d'accueil a les lignes d'une capsule spatiale, le bar lounge luit doucement sous l'éclairage de leds, tout comme le restaurant gastronomique de 45 couverts qui surplombe la piscine et son jacuzzi. L'ensemble cultive la transparence. Au fil des étages, les 28 chambres, de 18 à 37 m2, se lovent dans un décor raffiné et cosy. Le mobilier, ligne Roset, joue sur la couleur.Tout est aux normes : sécurité incendie, accessibilité, développement durable… Si la famille Bougnard ne vient pas du monde de l'hôtellerie, elle a vite appris. Première saison, carton plein avec un prix moyen des chambres de quelque 200 €.

"On est reparti de zéro"
"Nous sommes une famille d'entrepreneurs", explique Valérie Bougnard, 42 ans qui pilote une équipe de 15 personnes. "Mes parents se sont mariés jeunes, en 1968. Maman avait 15 ans. Avec mon père, ils n'ont cessé de créer, de gérer, de revendre des affaires et d'en remonter. Frigoristes, cuisinistes, vendeurs de salle de bains… Une expérience précieuse lorsque l'on décide de rénover un hôtel." Pourquoi un hôtel, d'ailleurs ? "Nous avions 7magasins d'électroménager discount. Internet a changé la donne. Autant repartir sur un de nos rêves. Nous savions ce que nous voulions. Un établissement moderne, face à la mer, dans un site naturel, sauvage."

Coup de coeur immédiat en découvrant Le Grand Large sur Internet. Construit en 1965, avant même l'existence du pont, l'établissement a connu son heure de gloire. Jadis Relais & Châteaux, une étoile Michelin distingua son restaurant L'Amiral de 1981 à 1989. Puis faute d'entretien, l'établissement a fermé en 2006. Sans préciser l'investissement nécessaire pour rénover de fond en comble cette maison achetée en février 2010, Valérie Bougnard lance : "Nous avons vendu nos magasins, deux maisons, bref on est reparti de zéro."

Respect du produit 

Restait à trouver "un chef prometteur qui grandisse avec la maison". Élu jeune talent GaultMillau en 2008, le Limougeaud David Boyer, 32 ans, fut celui-là. Chef exécutif au Chalet de La Marine et à l'hôtel Les Trois Vallées à Val-Thorens (Savoie), celui qui a démarré comme commis chez Ledoyen à Paris, a débarqué ici avec sa compagne, Astrid, qui officie en salle. Avec le plongeur et le chef pâtissier Christophe Pean, élève de l'école Bocuse, ils composent une brigade de cinq personnes que rejoignent deux autres employés en saison.

"J'aime créer dans le respect du produit", résume David Boyer. Poissons et crustacés du Port de la Cotinière, primeurs à Saintes, produits bio d'un agriculteur voisin. Goût, saveurs et couleurs signent de très beaux plats : ris de veau, Foie gras au pineau servi avec des figues, Oeuf bio cuit mollet durant une heure et son shiitake au gingembre...ou La Minute de langoustine et lotte basse température, le best-seller de l'été.
Le Grand Large s'accordera une pause du 6 novembre au 25 mars.
Brigitte Ducasse

Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fruits et légumes : dictionnaire
par Frédéric Jaunault
Services