×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Présumé palace, le Mandarin Oriental de Paris ouvre ses portes

Hôtellerie - mardi 28 juin 2011 15:08
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Le 28 juin, le Mandarin Oriental a ouvert ses portes. Déjà présumé au rang de palace, l’établissement de 138 chambres et suites prend enfin ses quartiers d’été au 251 de la rue Saint-Honoré.



C’est donc une longue période de rebondissements et de travaux de grande envergure qui s’achève avec l’ouverture du Mandarin Oriental. Pour la Société foncière lyonnaise, propriétaire des murs, l’histoire avait démarré en 2006 avec des négociations engagées avec un autre interlocuteur. Celles-ci se sont finalement conclues avec Mandarin Oriental, la chaîne asiatique de prestige gestionnaire du fonds. L’investissement total, quoique non divulgué officiellement, est de toute façon plus élevé que prévu car le Mandarin Oriental est à ce jour le seul des nouveaux hôtels de prestige à respecter une démarche haute qualité environnemental (dont le surcoût moyen est évalué entre 20 et 30 %).

La magnificence des locaux, on la doit à Jean Michel Wilmotte, “qui a effectué une véritable prouesse technique sur le plan architectural”, souligne Nicolas Reynaud, le directeur général délégué de la SFL : “il a su retravailler totalement un bâtiment en béton, qui date des années 1930, sans dégâts ni nuisances importantes - autres que celles d’un chantier traditionnel - pour les riverains.” Ainsi, toujours d’après les services techniques chargés du dossier, plus de 3 000 m2 de bureaux ont été détruits, pour donner à l’hôtel un fabuleux espace en forme d’atrium avec mur végétalisé et jardin intérieur d’inspiration orientale. Pour réaliser le bâtiment selon les normes Haute Qualité environnementale, le groupe a su utiliser des partenaires spécialisés et déjà impliqués dans la démarche comme la société Climespace de la Ville de Paris pour l’approvisionnement en eau.

La distribution des espaces autour du jardin

L’hôtel accueille deux restaurants, le Camélia, 70 couverts et 25 autres dans le jardin, pour une cuisine simple et accessible. Le Sur mesure par Thierry Marx est clairement positionné gastronomique et ne proposera que 44 couverts. Enfin, le Bar 8 avec 49 couverts à l’intérieur et 25 dans le jardin ainsi qu’un Comptoir complète l’offre de restauration.

Les chambres, les espaces publics, et le spa, d’environ 900 m2 avec ses 7 suites privées, chacune équipée pour des soins d’hydrothérapie, ont été confiés à la décoratrice d’intérieure Sybille de Margerie. Patrick Jouin et Sanjit Mandu ont réalisé la décoration du bar et des restaurants.
Le plus français des nouveaux établissements de prestige, le Mandarin Oriental précède le Péninsula, autre palace présumé, créé en lieu et place de l’ancien hôtel Majestic, mais qui n’en est lui qu’au tout début de sa rénovation.
Évelyne de Bast