×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Le Park Hyatt Vendôme, le palace version moderne

Hôtellerie - jeudi 16 juin 2011 15:59
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

L’établissement est l’un des quatre hôtels parisiens à avoir reçu des mains de Frédéric Lefebvre, secrétaire d’État au tourisme, la distinction palace. L’occasion de faire le point avec Michel Jauslin, son directeur général.



Michel Jauslin est connu dans la profession pour son franc-parler. Il s’est récemment distingué par des prises de position sans concession envers certains cabinets d’études qui avaient, de leur propre initiative, classé les palaces selon des critères propres en oubliant l’hôtel de la rue de la Paix. Son point de vue de directeur général du Park Hyatt Vendôme, face à cette distinction qu’il n’avait pas sollicité en premier lieu, est révélateur. “Je me suis surtout exprimé sur la 5e étoile, car je déplorais le fait qu’en France, nous n’en avions pas. C’était très pénalisant pour les hôtels internationaux qui, comme le nôtre, ont plus de 80 % de clientèle étrangère. Cela nous posait des problèmes notamment dans le cadre des opérations de promotion. Après la 5e étoile, la distinction palace est venue s’ajouter au dispositif. Nous ne nous sentions pas vraiment concernés, d’autant qu’on parlait surtout de 5 ‘premium’ ou de 6e étoile. Avec l’association des directeurs généraux d’hôtels, dont je fais partie, je n’étais pas partisan de cette nouvelle classification. Mais le terme palace va tout changer. Lors de l’ouverture de l’hôtel, nous avions largement communiqué sur l’arrivée d’un nouveau palace dans Paris. Il nous semblait donc légitime d’adhérer totalement à la démarche, d’autant que nous avons souffert ces dernières années d’un déficit de communication, notamment auprès de la presse.

“Une vraie fierté pour les employés”

Depuis qu’il a été distingué du titre de palace, l’hôtel n’a pas ressenti d’impact sur sa courbe de fréquentation Si le mois de mai a été si bon, ce n’est pas en raison de la distinction palace, mais plutôt des nombreux événements qui ont eu lieu dans Paris comme Roland Garros ”, estime-t-il. Mais Michel Jauslin évalue les retombées autrement qu’en termes de fréquentation. Pour les employés, ce fut une vraie fierté et la récompense du travail fourni ; pour les clients, nous avons reçu des messages de félicitations du monde entier. Les médias, d’autre part, qui nous avaient injustement boudé ces dernières années, ont retrouvé le chemin du Park Hyatt. C’était important, car l’hôtel fêtera ses dix ans en 2012. Quant au groupe Hyatt, il a compris tout l’enjeu que cela représentait en France, et a présenté des messages de félicitation.”

Le directeur général de l’établissement est donc comblé. Même l’arrivée prochaine de nouveaux palaces n’est pas pour lui déplaire Cela va redonner un nouveau coup de projecteur sur la France et sur nous. Sur les nouveaux candidats en lice comme sur les autres éconduits, il ne dira rien.

Évelyne de Bast