×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

InterContinental : un nouvel hôtel de luxe pour Fidji

Hôtellerie - mardi 21 juin 2011 11:42
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Natadola (Viti Levu) (ILES FIDJI) Tout dernier cinq étoiles de Fidji, l’InterContinental, s’est installé à Viti Levu au bord de l’une des plus belles plages de l’île, à 40 minutes de l’aéroport international de Nadi.




L’hôtel compte quatre restaurants et deux bars
L’hôtel compte quatre restaurants et deux bars

« L’Intercontinental Fiji Golf Resort and Spa est le tout dernier hôtel de luxe à avoir ouvert ses portes à Fidji, confie Bruno Fallegger, directeur de la restauration (director of Food & Beverage). Quand le poste s’est présenté, je n’ai pas hésité ! ». Cet ancien diplômé de l’école hôtelière de Lucerne (Suisse), a fait ses armes dans des postes similaires à Abu Dhabi et en Malaisie avant de prendre les rennes de la restauration de l’InterContinental. Pour les quatre restaurants du complexe, il travaille avec deux chefs australiens, un chef indien et un chef japonais. « Deux fois par semaine, un chef chinois vient également aider pour les préparations de buffets », précise Bruno Fallegger. « Si la cuisine fidjienne possède deux ou trois plats appréciés, c’est la cuisine indienne qui est la plus populaire sur l’île. Mais nos clients sont aussi très friands de cuisine internationale, méditerranéenne en particulier, et de poisson ». Une opportunité pour un chef français ? « Oui, surtout en pâtisserie. Mais c’est difficile à trouver ! ». La distance et l’isolement au milieu du Pacifique, entre Vanuatu et Nouvelle Calédonie, sont les principaux handicaps de cette destination de rêve. Mais, le nouveau vol Cathay Pacific, lancé il y a un an au départ de Paris, commence à séduire la clientèle française en proposant une seule escale à Hong-Kong et un service de qualité. Un  nouveau marché se met doucement en place.
Patrick Cros