×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Une première promotion de 8 lauréats:Des palaces très distingués.

Hôtellerie - jeudi 5 mai 2011 19:31
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Ce jeudi 5 mai, le jury a désigné 8 hôtels comme porteurs de la «distinction palace»: 4 hôtels à Paris(le Bristol,le Plaza Athénée, le Meurice,et le Park Hyatt)et 4 en province(l’hôtel du Palais à Biarritz, l’hôtel les Airelles à Courchevel,le Cheval Blanc à Courchevel,et le Grand Hôtel Cap Ferrat).Cette première sélection sera d’ores et déjà suivie d’une deuxième puisqu’un nouveau dépôt de candidature est prévue pour le 30 juin.



Cette nomination «palaces»aura donc été rondement menée.La liste, que certains auraient cru plus longue(il y aurait eu 14 dossiers présentés ) et 11 retenus par Atout France dans la prise en compte des critères objectifs de la 5ème étoile plus, a fait l’objet de longues discussions.La tâche n'était pas facile,tant les "palaces" s'apprécient par l'émotion.C'est ce qu'a si bien décrit le président du jury, Dominique Fernandez,académicien, rappelant que "le palace fait partie  des lieux qui sont une sorte d’enchantement par les fantasmes qu’ils éveillent et les souvenirs qu’ils évoquent," ou décrivant le palace comme «une sorte de roman ».

 Un palace est d’abord une réalité économique 

Mais des critères plus réalistes ont aussi été pris en considération. Ainsi,même s'ils font rêver,les palaces sont aussi et avant tout une réalité économique importante et de lourds contributeurs  à l’économie touristique.A titre d’exemple,un hôtel comme le Cheval Blanc à Courchevel, distingué «palace»emploie en saison 137 salariés pour seulement 34 suites !!! Par ailleurs, ces hôtels d’excellence réalisent des investissements très lourds régulièrement:« chaque année, nous réinvestissons environ 4% de notre chiffre d’affaires dans les travaux "souligne Didier le Calvez, directeur du Bristol,ce qui correspond à environ 4 à 5 millions par an pour le Bristol alors que François Delahaye(Dorchester Group exploitant le Plaza Athéne et le Meurice)évoque l’ensemble des investissements «  lourds»programmés par phases successives comme la cuisine, le lobby, les étages , la création d’un spa, etc…. en plus du réinvestissement annuel(cf précédent article paru dans l’Hôtellerie.fr ).

La France, modèle du monde ?

Pour Frédéric Lefebvre,secrétaire d'Etat au tourisme,la création de cette distinction  "palace" va surtout valoriser l'image de la France et  renforcer son attractivité.Elle va également servir à légitimer même si cela fait partie du non dit,la position de la France comme 1ère destination touristique.En effet, avec cette initiative, la France peut  se considérer comme moteur en Europe et va peut-être faire des émules dans d’autres pays,pourquoi pas.

Renforcer l’attractivité et motiver le personnel

Enfin,pour les directeurs récompensés, la distinction«palace» est d’abord et avant tout une source de satisfaction énorme :« je pense surtout à mes collaborateurs, devait souligner Jean Louis Leimbacher , directeur  de  l’hôtel du Palais, et à la ville de Biarritz, propriétaire du fonds et des murs de l’hôtel qui a su quand il le fallait investir pour sauver l’hôtel ».Pour d’autres, l’un des aspects positifs de cette distinction permettra aussi de «redorer l’image de l’hôtellerie française dans le monde»ou «accueillir davantage encore une clientèle internationale».De son côté Didier Chenet, président du Synhorcat  se réjouit également de cette distinction:«nous sommes fiers de compter deux établissements sur les quatre hôtels parisiens dans notre syndicat. Mais ce qui me satisfait le plus c’est qu’il s’agit surtout de la récompense de l’excellence. Or qui dit excellence dit service et donc personnel et formation du personnel ».Une préoccupation majeure pour la profession.  Par ailleurs,ces hôtels«d’excellence»bénéficient d’une très forte attractivité et sont très sollicités par la clientèle.Premiers à se redresser après la crise de 2009,«ils ont obtenu les meilleurs résultats en 2010, avec un TO en hausse de 12% par rapport à 2009 » devait souligner le Ministre.  

 

Réduction des délais pour les «  nouveaux »

Face à un tel pouvoir d’attractivité  que véhiculent ces hôtels «  d’exception », les candidatures vont sans doute  être encore plus nombreuses, et permettre ainsi à ceux qui ne faisaient pas partie de la première sélection ou qui auraient été recalés de se représenter,  tout en élargissant les candidatures à la France entière  la quasi-absence d’hôtels situés sur la Côte d’Azur étant surprenante. Pour accélérer le dépôt des candidatures (une liste de 20 candidats  potentiellement éligibles avait été dressée),le ministre a donc décidé de raccourcir les délais.Désormais un hôtel « d’excellence»neuf pourra solliciter l'appellation "palace" après 12 mois d’exercice, alors que  pour les hôtels rénovés le délai est réduit à 6 mois. La course à la distinction est donc ouverte. 
Evelyne de Bast

Journal & Magazine
Services