×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Un vent nouveau souffle sur le Grand Large à Belle-Île

Hôtellerie - jeudi 16 juin 2011 10:07
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Apprécié des randonneurs pour son emplacement face aux aiguilles de Port Coton, l’hôtel Le Grand Large à Belle-Île a changé en trois ans. Ce petit hôtel de style pension de famille a été le premier hôtel du Morbihan à être classé 3 étoiles nouvelles normes. Son nouveau positionnement et la venue du chef Franck Moisan lui donnent une nouvelle jeunesse.



 

Les deux propriétaires actuels du Grand Large, Dominique Merchez et Yvan Chelly, ont racheté l’hôtel en 2008. L’établissement, alors vieillissant n’était alors fréquenté que par une clientèle de randonneurs, de sportifs et de personnes âgées. En 2009, ils font faire une première tranche de travaux correspondant au tiers des chambres. En 2010, ils refont la totalité de l’hôtel (chambres et espaces collectifs) ainsi que le restaurant, le bar et le hall. En 2011, ils ajoutent une piscine, un jardin paysager, et une salle de séminaires. Au total, l’investissement représente près de 2 M€ en trois ans. Nous avons amélioré et renouvelé la prestation, déclarent-ils, mais nous avons voulu garder l’esprit de l’hôtel auquel nos clients sont tellement attachés.

Nouveau positionnement

Nous avons élargi notre gamme de clientèle, souligne Dominique Merchez, même si nous avons toujours nos clients ‘mascottes’, ceux qui ont un attachement affectif à l’établissement. Les prix ont augmenté de manière logique : le ticket moyen en restauration est passé de 35 € à 45 € pensions comprises, et à 55 € hors pensions tandis que le prix moyen des chambres atteint 150 €. Cela correspond à une augmentation de notre chiffre daffaires de 20 à 25 % tous les ans, depuis trois ans, précise Dominique Merchez.

Yvan Chelly, celui qui tient les cordons de la bourse, souligne l’ampleur des sommes engagées : Linvestissement a été lourd. Heureusement, nous avons pu obtenir des subventions de la Région environ 180000 - et 10000€ du département, ce qui a permis damorcer la pompe. Seule déception pour ces deux associés, qui auraient voulu accueillir un public moins favorisé : le refus de l’Association nationale des chèques-vacances (ANCV) de financer l’établissement. Cela aurait pu modifier leur positionnement. Finalement, ce fut un mal pour un bien.

Ambiance décontractée

Outre les prestations 3 étoiles, l’hôtel offre une décoration simple et cosy, mais où s’exprime le sens du détail, comme cette élégante mosaïque ‘époque romaine’ située sur le seuil de l’hôtel. La même attention est portée aux parties extérieures, grâce au travail réalisé par le paysagiste Erwan Timène, spécialiste des jardins de bords de mer. L’hôtel est tenu par une équipe jeune, expérimentée et décontractée : Nous ne voulions pas de service guindé et léquipe actuelle répond parfaitement à ces critères.

Si, jusqu’ici, la restauration avait du mal à s’affirmer, l’arrivée de Franck Moisan - après une expérience de plusieurs années dans les hôtels Relais et Chateaux -, ainsi que celle d’un talentueux pâtisser, Arnaud Beaudoin, a donné une autre dimension à la carte. La cuisine est devenue inventive, les plats plus élaborés, préférant les produits locaux en fonction de larrivage et des quotas des pêcheurs, précise le chef. À l’image de ce homard des Côtes Bretonnes, rôti en beurre demi-sel, sur une mousseline de coco poëlé et de jeunes légumes. Depuis l’arrivée de Franck Moisan en avril, le restaurant ne désemplit pas. Nous faisons 60 couverts midi et soir, mais pas plus”, déclare-t-il.

La saison qui arrive dira si définitivement le Grand Large a réussi sa reconversion. Mais, déjà, personne n’en doute.
Évelyne de Bast