×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

L'AGGH parle du stress au travail

Hôtellerie - vendredi 15 avril 2011 17:20
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Lors d'une de leur réunion mensuelle, les membres de l'Association des Gouvernantes Générales (AGGH) se sont réunis pour parler du stress, sujet auquel le métier les confronte régulièrement. Un spécialiste est venu apporter des réponses à leurs questions ainsi que des conseils.



De gche à dte : Benoît Manceaux, Patricia Richard, Linda Legros, Christine Fèvre, Corine Frece, Denis Amsellem, consultant en ressources humaines et management de la société Infiny formation, Corinne Veyssière, présidente de l'AGGH Paris-Ile-de-France, Patricia Derex, présidente de l'AGGH Lyon, Stéphanie Vigneront, et Françoise Samuel.
De gche à dte : Benoît Manceaux, Patricia Richard, Linda Legros, Christine Fèvre, Corine Frece, Denis Amsellem, consultant en ressources humaines et management de la société Infiny formation, Corinne Veyssière, présidente de l'AGGH Paris-Ile-de-France, Patricia Derex, présidente de l'AGGH Lyon, Stéphanie Vigneront, et Françoise Samuel.

Tension, pression, angoisse permanente …  autant de mots qui évoquent le stress. Il est devenu un élément à part entière de la vie des entreprises, un compagnon de travail même pour beaucoup d’entre nous; mais mal maîtrisé, voire ignoré. Le stress et l’anxiété peuvent véritablement gâcher la vie et ruiner la santé. “Comment gérer son stress au travail ?”, c’est le thème qui a été abordé par l’Association des Gouvernantes Générales de l’Hôtellerie (AGGH), la semaine dernière, à l’hôtel Marriott. Cette réunion mensuelle a rassemblé près de 60 gouvernantes générales de l’AGGH Paris-Île-de-France ainsi que leurs assistantes et les gouvernantes générales de l’AGGH Lyon et Ouest. A la demande de l'association, Denis Amsellem, consultant en ressources humaines et management de la société Infiny formation, s’est attardé sur le sujet tout en donnant des clés pour apprendre à vivre avec ce stress.

Des effets physiques et psychologiques

Même si celui-ci est à l’origine de 50 à 60 % de l’absentéisme au travail en Europe, c'est aussi le deuxième problème de santé le plus important après le mal de dos. Les effets du stress sont à la fois de nature physique (douleurs, troubles du sommeil...) et psychologique (modification du comportement, difficultés à se concentrer, à prendre des décisions...). Mais comment faire avec ? “Certains vont stresser, d’autres pas ! Un événement +  une interprétation = un résultat. Tout ça pour dire que si je crois que je suis fatigué, je vais adopter l’attitude pour. Dès que nous sortons de ces croyances, nous sommes confrontés à rentrer en contradiction avec nous-même. Rien n’est cohérent dans le stress… ”, constate Denis Amsellem.

La relaxation comme outil

La solution ? La cohérence cardiaque. Cette nouvelle méthode proche de la relaxation a été mise au point aux USA depuis plus de 20 ans. Cette technique permettrait de réduire le stress, l'anxiété, la dépression, la tension artérielle… en contrôlant les battements du cœur. “C’est un organe essentiel de notre corps. Il influe aussi sur notre cerveau ! Le contrôler permettrait de protéger sa santé mentale”, ajoute le spécialiste. Comment ? En agissant sur le rythme cardiaque de manière indirecte, en travaillant sa respiration notamment. Cela permettrait de mieux gérer son stress et ses émotions…“Justement, les émotions positives augmentent la DHEA (l’hormone du bien-être, de la maîtrise et de la performance), contrairement au cortisol (qui est l’hormone de l’usure et du stress). Par exemple, une crise de colère donne une sécrétion de cortisol pendant 6 heures. Autrement dit : la relaxation permet de stopper le cortisol et la cohérence cardiaque permet de secréter de la DHEA”,  poursuit t-il. Denis Amsellem conclut la soirée en donnant des conseils aux participants : être à l’écoute de ses émotions… et de son cœur pour gagner de la confiance en soi. Il faut se remémorer les bonnes choses de la journée (émotions positives), et d’abord penser à soi pour mieux penser aux autres.

Hélène Binet