×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Global Lodging forum : le constat inquiétant de MKG sur l’avenir de l’hôtellerie indépendante

Hôtellerie - mercredi 2 mars 2011 09:03
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Pour sa 15ème édition, le Global Lodging Forum de MKG se tenait au Pullmann Paris Tour Eiffel , dans une ambiance mitigée où l’espérance née de la reprise économique en France et en Europe cotoyait les craintes d’un essoufflement lié d’une part évènements géopolitiques internationaux et d’autre part aux problèmes structurels rencontrés par l’hôtellerie en France. La première partie des exposés concernait surtout le statut de l’hôtellerie économique, dont le redémarrage en 2010, d’ailleurs moins spectaculaire que dans les autres segments, masque peut-être une situation plus douloureuse puisqu’il s’agit de la disparition d’une certaine frange d’hôtels, les plus fragiles parce souvent moins bien situés, dans un milieu rural peu fréquenté avec des contraintes règlementaires souvent impossibles à gérer.



 

L’avenir de l’hôtellerie en France est-il menacé ?  s’interrogeait Georges Panayotis  en ouvrant la session  .  Les  analyses  présentées dans la première partie du forum semblent bien le confirmer en faisant  le constat plutôt pessimiste,  que chaque année, l’hôtellerie en France  perd  11 000 chambres ( toutes catégories  confondues ) pour  2500 chambres nouvelles, un  constat   qui  concerne  surtout   l’hôtellerie indépendante , qui malgré les aides et les dispositifs mis en place ( prêts Oseo )  pour l’aider  ne semble pas pouvoir s’en sortir.

La France perd du terrain dans l'hôtellerie économique
Par ailleurs, d’après  les statistiques  d’exploitation ( TO, Prix moyen et RevPar ) le phénomène touche  la France en général,  même si globalement l’Europe semble  mieux sortie de la  crise que les Etats-Unis,  avec + 6% de Revpar en 2010 par rapport à 2009, contre + 4% pour les Etats-Unis . Mais ce qui est le plus inquiétant c’est que le secteur jadis le plus florissant, l’hôtellerie économique , semble à la traîne. En effet,  la France perd de la compétitivité en Europe. La France qui était leader, notamment dans l’économique, se voit dépasser par le Royaume Uni en constante augmentation  et qui termine l’année  par une croissance à deux chiffres , déclare Vangelis  Panayotis . La  part de marché de l’offre budget éco se resserre entre les  trois grands pays que sont la France ( avec 48% ), le  Royaume-Uni  avec  30%  et la RFA  avec  9%  avec un resserrement qui se fait au détriment de la France. D’ailleurs, d’après MKG, si   les opérateurs français  représentaient 85,7% en 99, ils  ne représentent plus que 70% en 2011.

 
Il existe  des créneaux porteurs
Pourtant,  face à ce triste constat,  il existe encore des opportunités  sur ce créneau d’ « hôtellerie économique ». La saga B&B en est la preuve incontournable. En effet, rachetée par Eurazeo  en 2005«  qui ne veut en aucun cas être catalogué comme opportuniste ou prédateur, mais bien comme  un accélérateur de transformation »,  la petite chaîne a montré qu’il existait un vrai créneau avec des  résultats qui ont fait leur preuve «  tout a été multiplié par deux  (chiffre d’affaires, parc, …)  sauf la notoriété , a précisé Patrick Sayer, président d’Eurazeo. Pour  Georges Sampeur ,  « le succès vient  du nouveau concept , qui répondait à un réel  besoin de la demande, dans un monde où les comportements ont changé et où il faut proposer une offre qui «  banalise »  les CSP et qui convient  à tout le monde. » 

 

 
"Recettes" pour l'hôtellerie indépendante

Enfin,  chaque intervention  était l’occasion de présenter sa « recette » destinée  à  l’hôtellerie indépendante .  Pour   Christophe Alaux, directeur pour la France  du  groupe Accor,  le salut vient encore une fois de la franchise mais aussi de la valeur des marques   «  il y a un réel potentiel  avec les indépendants quand il y a plus d’identifiants et moins de normes », une idée reprise également  par le groupe Louvre Hotels, qui repositionne actuellement toutes les marques, en effectuant  des remises  à niveau . Quant à Philippe Marguet directeur général de la SEH,  une coopérative où chaque hôtelier est décideur  « est  le système  qui rassure les indépendants  et les sort de leur isolement » .  alors que pour Yannick Auré,  président de la société Exhore exploitant la marque Cerise,  il devait expliquer qu’  «  à partir du moment où l’on a un prix et une offre de service « , l’hôtellerie a toute sa place.

 Si l‘hôtellerie économique en France semble en perte de vitesse, elle possède encore de jolies réussites. De quoi redonner  confiance  enfin aux hôteliers présents .

Evelyne de Bast