×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Nomination d’un médiateur auprès des hôtels en difficultés aux Antilles

Hôtellerie - lundi 28 février 2011 15:16
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


François Baroin, ministre du Budget, Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l’Outre-Mer et Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat au tourisme ont annoncé dans un communiqué commun avoir confié à Alain Bodon, inspecteur général des finances, une mission de médiation sur la situation financière des structures hôtelières en Guadeloupe et Martinique. La durée maximale de cette mission est fixée à 6 mois.

La Guadeloupe et la Martinique ont connu au début de l’année 2009 en pleine saison touristique un mouvement social contre la vie chère qui avait fait fuir la clientèle vers d’autres destinations plus tranquille des caraïbes.

Constatant la perte de compétitivité de l’industrie touristique aux Antilles et sa fragilité financière, le président de la République, Nicolas Sarkozy, a décidé d’engager des actions concrètes afin d’identifier les faiblesses de ce secteur et d’y apporter les réponses adéquates pour améliorer son attractivité et sa compétitivité. Pas question pour le gouvernement d’opter pour un effacement indifférencié de dettes sociales et fiscales, qui constituerait selon ce dernier une prime à l’incivisme. Il préfère la solution d’un examen individualisé, permettant de trouver des solutions adaptées au cas par cas.

Comme le précise le communiqué , Alain Bodon interviendra auprès des entreprises hôtelières qui le souhaitent pour les aider à trouver des solutions d’exploitation, commerciales et financières pérennes, en lien avec l’ensemble de leurs partenaires économiques et, le cas échéant, les autorités publiques.
Pascale Carbillet