×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Le groupe Louvre Hôtels prêt à entrer dans le top five

Hôtellerie - jeudi 10 février 2011 11:54
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Aujourd’hui 2e groupe hôtelier européen, et 8e sur le plan mondial, le groupe Louvre Hôtels a mis en place une alliance avec Golden Tulip. Aujourd’hui, les équipes sont en place et les récentes annonces de signatures en Ukraine et en Chine montrent la volonté du groupe de conquérir des places de marché et d’être dans le peloton de tête des groupes hôteliers dans le monde.




Il a fallu six mois pour que Louvre Hôtels s’organise après l’absorption de Golden Tulip.  Aujourd’hui, c’est fait. “Nous sommes en ordre de marche avec des équipes dédiées et un plan stratégique, ce qui nous permet de passer à la phase d’exécution”, déclare Matthieu Évrard,  directeur du développement international  du groupe, pour qui cette stratégie tourne autour de deux axes : le premier est le renforcement de la présence  du groupe en Europe, qui devrait représenter 50 %  du développement, le  deuxième concerne notre implantation dans les pays émergents comme l’Inde, la Chine et le Brésil, pays à forte croissance  et où l’hôtellerie de chaînes est encore peu développée. Cela devrait représenter les autres 50 %. Cette démarche complètera celle déjà prise par le groupe qui est 3e opérateur au  Brésil (27 hôtels, 5 400 chambres), dans le top 10 en Inde et au Moyen-Orient (41 hôtels, 5 600 chambres et 2 600 chambres supplémentaires à ouvrir entre 2011 et 2012).

L’hôtellerie haut de gamme d’abord dans les pays émergents
Pour autant, toutes les marques du 1 au 5* ne vont pas se développer partout. “Nous estimons le potentiel de développement de chaque enseigne dans un pays en fonction de nos partenaires, des opportunités et de la maturité du marché, déclare Matthieu Évrard. En revanche, nous estimons que le plus fort du développement se situe sur l’économique et la gamme moyenne, notamment sur des marchés matures comme l’Europe.” Dans les pays émergents, c’est le contraire qui est proposé et le groupe va chercher en priorité à développer l’hôtellerie haut de gamme pour s’attaquer ensuite à l’hôtellerie économique. 

Un développement selon le mode du partenariat
Les modes opératoires du groupe sont presque toujours les mêmes et basés sur le partenariat. “Nous n’avons pas vocation à investir dans nos opérations à 100 %, déclare Mathieu Evrard. À chacun son  savoir-faire. Chez Louvre Hôtels, nous avons le savoir-faire en gestion hôtelière, nos partenaires sur place ont eux le savoir-faire en immobilier et en développement.”

Les principaux développements attendus de Louvre Hôtels sont les suivants : 

Ukraine. Le développement en Ukraine est récent.  “Nous avons un partenariat avec la holding Universal Developpement et Construction pour financer et construire 6 Campanile. C’est un investissement qui représente 54 millions d’ici à septembre 2012.” Ce n’est qu’un début et le groupe Louvre Hôtels n’exclut pas d’ouvrir d’autres hôtels avec de nouveaux partenaires.

Chine. Outre les 3 hôtels que le groupe gère actuellement à Shanghaï, Louvre Hôtels vient d’annoncer la signature d’un contrat de management avec Yi Elderly Care Industry Care Company dédié à la construction de 2 hôtels sur l’île de Hainan, soit 600 chambres, pour 2012/2013. Cinq autres contrats de management sont attendus avec les marques Royal Tulip, Golden Tulip et Tulip Inn dans les villes de Shanghaï, Bejing, Tianjin Dalian, Hangzhou, Nanjing, Changxing, Chongqing, Chengdu, Zhuhai et Hainan. Une deuxième phase devrait suivre après 2012 pour développer les marques plus économiques Campanile et Première Classe. 

Inde. Avec 6 hôtels en 2010 et 15 en 2011, Louvre Hôtels est très présent en Inde avec Tulip Inn et Golden Tulip. 

Maroc. Le groupe est présent avec son pôle multimarque. Outre les 5 Golden Tulip ouverts, soit 890 chambres, Louvre Hôtels annonce l’ouverture d’un complexe hôtelier aux trois enseignes : Campanile, Première Classe et Tulip Inn à Casablanca. 

Brésil. Grâce au partenariat avec le groupe BHG, Louvre Hôtels est le 3e opérateur au Brésil avec 29 hôtels et 5 400 chambres sous les enseignes Golden Tulip et Tulip Inn, sans oublier le  Royal Tulip  de Brasilia. 

Russie. Avec un premier hôtel à Sochi, le groupe se laisse un peu de temps pour être présent en Russie et l’envisage à échéance de 2012.

L’Europe devrait représenter une part importante du développement du groupe qui se renforce en Europe de l’Est et reste très présent au Benelux, terre de prédilection du groupe Golden Tulip.

Aujourd’hui, l’ambition de Louvre Hôtels est de se situer dans le haut du tableau des grandes chaînes hôtelières mondiales. Une politique d’asset right a été mise en place, considérant que les fonds prélevés doivent être utilisés comme des leviers de croissance vers d’autres marchés. Le développement en milieu et haut de gamme sera prédominant et représentera 60 % du plan global, alors que les enseignes économiques comme Campanile et Première Classe représenteront 40 %. Enfin, quant au désengagement supposé de Starwood Capital au sein du Groupe Louvre Hôtels, cela n’affecte pas la direction du groupe qui y voit une “stratégie normale des fonds d’investissement” et se déclare suffisamment structuré pour que cela n’affecte en rien l’exploitation.

Evelyne de Bast