Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Des hôteliers pris dans la tourmente : Haïti

Hôtellerie - jeudi 27 mai 2010 17:21
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Port-au-Prince (HAITI) Les hôtels, lieu de villégiature mais aussi d’accueil et de refuge, peuvent parfois sanctuariser un drame. Des hommes et des femmes ont fait face à l’impensable en se préoccupant toujours du sort de leurs clients et de leurs salariés. Ils ont été touchés dans leur âme, parfois dans leur chair. À l’instar de Nadine Cardozo-Riedl, hôtelière en Haïti.



Les ruines de l’hôtel Montana au lendemain du tremblement de terre en Haïti.
© UN Photo by Logan Abassi
Les ruines de l’hôtel Montana au lendemain du tremblement de terre en Haïti.

Les sœurs Nadine Cardozo-Riedl et Garthe Cardozo, respectivement 63 ans et 70 ans, poursuivaient l’œuvre de leur père qui avait construit l’hôtel Montana en 1946 à Pétionville dans la banlieue de Port-au-Prince à Haïti. Elles codirigeaient cet établissement luxueux de 142 chambres et 42 studios répartis sur 5 étages. Le 12 janvier 2010, secoué par le tremblement de terre de magnitude 7 qui a ravagé l’île, le palace, qui affichait un taux d’occupation de 95 %, se referme comme un sarcophage sur ses 200 occupants. Nadine Cardozo Riedl était dans son bureau lorsque la terre a tremblé. Elle doit la vie à la protection d’une porte métallique. Ensevelie, elle sera finalement extraite des ruines presque cent heures après le drame.

Une directrice d’hôtel indestructible

Nadine Cardozo-Riedl avait déjà été victime d’un kidnapping en novembre 2004. Séquestrée dans des conditions très dures, elle avait été relâchée contre une rançon après huit jours de détention. L’hôtel Montana, aujourd’hui à terre, s’était aussi remis d’une invasion spectaculaire orchestrée par les partisans du président Préval en janvier 2006. Ils avaient transformé la piscine en pataugeoire. Le prix Nobel de la paix, l’archevêque Desmond Tutu, alors locataire des lieux, avait lancé un appel au calme depuis la fenêtre de sa chambre.

Nadine Cardozo-Riedl ne souhaite plus témoigner. “Quand on a perdu des parents et des employés de longue date, il n’est pas facile de raconter ses impressions aux journalistes, témoigne sa cousine, Raphaëlle Cardozo Baker. Néanmoins, selon le magazine allemand Bild, infatigable et toujours aussi déterminée, Nadine Cardozo-Riedl, projetterait de reconstruire le palace, rebaptisé Ti’Montana, en quarante maisonnettes de plain pied.

François Pont

En complément :
  Des hôteliers pris dans la tourmente : Le ciel leur est tombé sur la tête
  Des hôteliers pris dans la tourmente : Un directeur d'hôtel sauve des centaines de vies
  Des hôteliers pris dans la tourmente : Épilogue
Journal & Magazine
Services