×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Gestion et marketing

#Attractivité : "Chez nous, on se fait plaisir", édito du journal du 26 novembre

Gestion et marketing - mardi 23 novembre 2021 12:22
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :




Combien de métiers peuvent-ils attirer avec cette proposition ? Se faire plaisir en faisant plaisir. Les retours des clients qui ont franchi votre porte pour passer un bon moment font souvent chaud au cœur. Dans cette période de sortie de crise, on parle beaucoup du sens que l’on donne à son travail. Voilà donc une proposition susceptible d’attirer les profils qui sont animés par l’humain. Le retour d’expérience du groupe de restaurants Midi et Demi est à cet égard éloquent (voir ici).
Charge à l’employeur de créer l’environnement pour que les équipes gardent le sourire. Et dans bon nombre d’entreprises (voir l’enquête du journal auprès de 6145 professionnels), la considération n’est pas au rendez-vous. Les rémunérations sont-elles à la hauteur des horaires tardifs, du travail de nuit, des coupures, des week-ends ? Les plannings sont-ils communiqués assez tôt ? En un mot, les besoins des salariés sont-ils suffisamment pris en compte ?
Les exemples mis en avant lors du congrès du GNI, qui s’est tenu la semaine dernière à Paris, par quelques employeurs qui mettent l’humain en avant dans leur entreprise montrent aussi que les résultats économiques suivent (voir ici). Alors, espérons que les négociations autour de la grille des salaires de la convention collective, qui ont débuté la semaine dernière entre les organisations patronales et salariales, aboutissent à un renouveau (voir ici).
Et si les employeurs ont la responsabilité du salaire brut, espérons aussi que le Gouvernement, qui a la responsabilité du net, entende la profession dont le modèle économique repose sur une masse salariale qui représente 40 % des charges. Les salaires bruts compris entre 1 et 1,6 smic bénéficient aujourd’hui de réductions de charges (voir ici).
La profession a suscité l’empathie de sa clientèle pendant la crise. Il faut maintenant qu’elle suscite des vocations pour la reprise.

 

#attractivite


Olivier Milinaire
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Vins au restaurant
par Paul Brunet
Services