×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Gestion et marketing

Comment réenchanter votre entreprise pour vos clients, pour vos salariés, pour vous ?

Gestion et marketing - vendredi 5 novembre 2021 15:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Transformer l'organisation du travail dans son entreprise, libérer le potentiel des salariés... Olivier Milinaire, codirecteur de L'Hôtellerie Restauration, avec la participation d'Isaac Getz, auteur de L'Entreprise libérée, répondent aux questions qu'une telle transformation soulève. Huitième partie de la série de questions-réponses.



Un leader apprend à ses équipiers à pêcher, il n'apporte pas ses solutions sur un plateau.
Un leader apprend à ses équipiers à pêcher, il n'apporte pas ses solutions sur un plateau.

Après avoir vu dans le précédent article de la série la question de la rémunération des dirigeants et des investisseurs, comment voyez-vous le rôle de formateur dans la fonction du dirigeant ? Car si le leader libérateur s’efface au bénéfice des salariés (pour répondre au besoin d’auto-direction de ses équipes) et s’il doit sans arrêt donner des signes aux salariés qu’il croit en leur intelligence, comment réussir en même temps leur formation (pour répondre à leur besoin de développement personnel) ? Lorsque vous conseillez ou formez vos salariés, vous vous efforcez de leur transmettre des compétences, mais vous êtes bien obligé de montrer votre intelligence, vos compétences, comme n’importe quel coach dans n’importe quel domaine ?
Je comprends votre question. Vous vous mettez à la place du leader libérateur et vous vous dites : si je montre mes compétences à mes équipiers, ils vont croire que leur leader ne fait plus confiance en leur intelligence pour mener à bien les projets. Pas nécessairement :je vais vous expliquer pourquoi. Il y a une nuance que les salariés perçoivent très bien. Est-ce que mon directeur réfléchit à ma place ou est-ce que je vais voir mon leader pour qu’il me transmette des compétences ? Autrement dit, est-ce qu’il me donne le poisson ou m’apprend à pêcher ? Typiquement, dans une entreprise traditionnelle, le salarié remonte le problème à son supérieur hiérarchique, qui donne la solution. Cela évite au premier de chercher la solution et de prendre des risques. Et cela flatte l’égo du second. Le système s’auto-entretient mais il étouffe l’initiative, la prise de risque et l’innovation, à savoir, la pérennité assurée par l’innovation. Dans une entreprise libérée, le leader apprend à l’équipier à pêcher. Du coup, celui-ci ne va plus voir son leader pour la solution mais pour l’information, s’il en a besoin. Et au fur et à mesure que les équipiers progressent en prenant de plus en plus de décisions, le leader a plus de temps pour identifier et faire rentrer dans l’entreprise les véritables enjeux auxquels elle fait face. Pas de faire le boulot de ses équipes.

 

En plus d’être une sorte de coach, le leader identifie donc également les tendances, mais comment s’y prend-il pour que les suggestions qu’il propose aux équipes ne soient pas prises pour des ordres ?
Est-ce que par rapport à ces tendances leur leader leur donne des ordres - et donc ses solutions - ou est-ce qu’il expose des problématiques qui se présentent à l’entreprise et demande ce qu’ils en pensent ? Et en effet, son équipe ne validera peut-être pas cette problématique ou n’y réagira pas tout de suite. Par contre, soyez assuré que, quand ils partageront la nécessité de réagir, ils s’y mettront à 200 %. Comme ils se sentent responsables, ils auront à cœur de trouver des solutions et de rattraper le temps perdu. Que ça soit faire de la vente à emporter ou organiser sa base de données clients pour communiquer avec ses clients par exemple. Une entreprise pérenne sait dégager du temps et de l’énergie pour préparer l’avenir, à l’inverse de l’entreprise qui passe son temps et son énergie à éteindre les feux, qui recommencent toujours. Le leader et les collaborateurs de l’entreprise libérée sont plus à même de préparer cet avenir.

#management


Olivier Milinaire
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène en fiches pratiques
par Romy Carrère et Laurence Le Bouquin
Services